Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

Les Premières L de l'Iroise ont assisté fin novembre à une représentation au Quartz du Jeu de l'Amour et du Hasard et ont livré sur le blog i-voix (catégorie "Théâtres") leurs impressions de spectateurs.

 

Des collégiens de l'Iroise nous ont transmis les textes suivants : ils y livrent à leur tour leurs ressentis sur la pièce de Marivaux mise en scène par Philippe Calvario ...


 

 

 

 

 

 

Ressentis de spectateurs 3è2 et 3è5

 

Si je n'avaiS qu'une chose à dire, ce serait que j'ai aimé le spectacle, quelques-fois répétitif, mais « marrant » dans l'ensemble, avec les drôles de scènes où Arlequin essaie de .. hum-hum..! Quoi qu'il en soit j'ai bien aimé le spectacle ! FLORIAN

 

Je me souviens de la robe de Lisette quand elle était déguisée en Silvia . Les hanches étaient exagérément élargies comme son personne personnage était exagérément excentrique .

Si je n'avais qu'une chose à dire, ce serait que cette pièce était surprenante ! Les acteurs exagéraient mais avec talent . Ils faisaient partager la pièce avec le public et faisaient passer plein d'émotion ...LEA

 

Si je n'avais qu'une chose à dire, ce serait un sentiment mitigé, car à des moments j'ai trouvé la comédie lente, voir un peu ennuyeuse . Au contraire certaines scènes m'ont étonnamment plu, quand il y avait de la vitesse, des mouvements rapides et inattendus; j'ai eu l'impression de voir ma vie dans certains scènes quand Dorante parlait avec tant de sincérité à Silvia travestie en servante et qui ne croyait pas encore à leur amour pour un simple entêtement, voire même quand Mario prenait la parole et était joueur, sûr de lui, donc pour conclusion "le Jeu de l'Amour et du Hasard m'a finalement plu et appris certaines choses. KILLIAN

 

Dans la pièce de théâtre " Le Jeu de l'Amour et de Hasard ", écrite par Marivaux, que nous sommes allée voir samedi 27 novembre au Quartz, je me souviens du décor [...]
Ce décor m'a énormément surprise car ce spectacle se passe chez monsieur Orgon , un noble; je m'attendais donc à un décor plus somptueux, or il m'a fait pensé à un grenier où l'on avait entassé de vieux meubles poussiéreux et pour certains cassés . ELISA

 

Je me souviens d'un élément du décor qui m'a interpelée. C'étaient des petites poupées qui étaient dénudées et qui étaient dans des positions assez équivoques. Cela était assez troublant.
Je ne sais pas si elles étaient là volontairement ou pas mais à un moment du spectacle Lisette ( la vraie Lisette ) a donné un coup de pied dedans et les a éparpillées. Est-ce volontaire ou pas ? Je pense que le dramaturge a pensé que ces poupées iraient bien avec la pièce car quand Arlequin fait des petits calins à Lisette cela est aussi assez étonnant et, comme c'est une scène d'amour et de hasard, et comme ces "Barbie" m'avait l'air vieilles, elles y était à leurs places car cette pièce de théâtre se passait dans une pièce avec un décor de grenier ou de débarras, avec toutes ces vieilles bricoles comme des chaises cassées, des glaces pleines de poussières ou encore un buste de couturière. MELANIE



Je me souviens du rôle de Silvia. Elle m'a beaucoup touchée dans son rôle de servante car elle n'exagérait pas comme Lisette, ni Arlequin, mais elle était simple comme Dorante. Je trouve que Lisette était d'accord de prendre le rôle de maîtresse car elle pouvait ridiculiser Silvia par son costume. Arlequin a fait la même chose, c'est pourquoi j'ai préféré les rôles de Silvia et Dorante. J'en arrive à la conclusion que le spectacle était admirable et que si je devais le revoir ce serait avec un grand plaisir. Je vous le conseille car c'est un spectacle que l'on n'oublie jamais. CLARA



Je me souviens du moment où Dorante explique à Silivia qui il est vraiment. Il m’est resté en mémoire, car c’est ce qui dénoue leur jeu d’amour. Il change l’esprit de la pièce ainsi que celui de Silivia, on la voit heureuse, qui change de visage. Elle ne veut quand-même pas lui dire qui elle est vraiment, afin de voir s’il va lui demander en mariage même si celle-ci est une servante. A la fin on voit bien que Dorante est très content, mais à la fois déçu car elle lui a menti et il croyait qu’il aurait pu être fort en épousant une servante, cet-à-dire quelqu’un d’un rang différent de lui. Ce passage, il faut être attentif pour le comprendre . C'est une pièce qui n'est pas facile a comprendre . Moi pour ce que j'ai compris, j'ai bien aimé "Le jeu de l'amour et du hasard", même si l'humour de la pièce n'est pas trop l'humour de maintenant, c'était plaisant . IRIS

 

"Je me souviens de la scène ou Lisette et Bourguignon se retrouvent seuls lors de leur première rencontre. Lisette tente de jouer de ses "charmes" pour séduire Bourguignon qui en fait de même . Les deux comédiens s'adonnent à une parade de séduction pour tenter d'attiser les sentiments de l'autre ( frottements , gestes coquins ). La scène mettait en actes des faits plus ou moins "vulgaires" qui ne m'ont pas choqué mais plutôt surpris car je ne m'attendais pas à cela dans une pièce de théâtre qui ne date pas d'hier. Je m'en souviendrai longtemps car la pièce m'a surpris lors de certaines scènes et aussi parce que c'était la première fois que j'assistais à une pièce de théâtre et qu'elle m'a beaucoup plu ." ARTHUR

 

 

Cher Philippe Calvario et sa troupe

Si je n'avais qu'une chose à dire, ce serait
que votre pièce est une "REUSSITE", tant
sur la justesse par rapport au texte original
de Marivaux, le choix des costumes d'époque,
et votre touche de modernité (Chanson de Serge
Gainsbourg, différents jeux de lumière).
Cette pièce m'a plu, m'a émue mêlant
tristesse et ironie.
Merci à vous et votre troupe pour ce bon
moment passé ensemble.

MAIWENN

 

Je me souviens de l’entrée en scène de Arlequin .Tout guilleret et plein de bonne humeur. Il m’est resté en mémoire car il avait une entrée drôle, il danseait, faisait des mimiques. Ce qui avait fait rire les gens dans la salle. Et avec ses habits qui avaient beaucoup de couleurs.

Je vous avoue que moi-même il m’a fait beaucoup rire en le voyant arriver dans cet accoutrement. Ces lunettes vertes lui allaient bien mais n’allaient pas vraiment avec le siècle où il était, ce qui faisait sortir un peu du contexte de la bourgeoisie neutre. (Maquillage pâle, vêtements beige, noir, blanc, marron…)


J’ai beaucoup aimé ce spectacle. Je ne pensais pas qu’il serait joué comme ça. LISA

 

 

http://www.theatredelarchipel.org/medias/image/16-et-17-dec-le-jeu-de-l-amour-et-du-hasard-anne-gayan-g.jpg

Source image

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article