Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Mathieu

Les Deux mulets  ( Jean De La Fontaine )

 

Deux mulets cheminaient, l'un d'avoine chargé,
L'autre portant l'argent de la gabelle.
Celui-ci, glorieux d'une charge si belle,
N'eût voulu pour beaucoup en être soulagé.
Il marchait d'un pas relevé,
Et faisait sonner sa sonnette :
Quand l'ennemi se présentant,
Comme il en voulait à l'argent,
Sur le mulet du fisc une troupe se jette,
Le saisit au frein et l'arrête.
Le mulet, en se défendant,
Se sent percer de coups ; il gémit, il soupire.
" Est-ce donc là, dit-il, ce qu'on m'avait promis ?
Ce mulet qui me suit du danger se retire ;
Et moi j'y tombe, et je péris !
- Ami, lui dit son camarade,
Il n'est pas toujours bon d'avoir un haut emploi :
Si tu n'avais servi qu'un meunier, comme moi,
Tu ne serais pas si malade. "

 

 

 

 

Les deux - points multimillionnaires

 

Deux – points multimillionnaires cheminaient, l'un avorteur chargé,

L'autre portant argentifère de la gâchette.

Celui – ci, glossateur d'une charge si belle,

N'eût, voûté pour beaucoup en étrenner soulèvement.

Il margotait d'un pas-de-géant relevé,

Et faisait sonner sa sonothèque :

Quand l'ennuyeux se présentant,

Comme il en voûté à l'argentifère,

Sur le multimillionnaire du fiston une trousse se jeûne,

Le saisit au frelon et l'arrête.

Le multimillionnaire, en se déféquant,

Se sent perché de coups-de-points; il gémit, il souque.

«  Est-ce donc là, dit-il, ce qu'on m'avait promulgué ?

Ce multimillionnaire qui me sulfate du Danois se retisse;

Et moi j'y tombola, et je permanente !

-    Amidon, lui dit son cambouis,

Il n'est pas toujours bonbonne d'avorter un haut-de-forme empoignant :

Si tu n'avais servocommande qu'un meurtrier comme moi,

Tu n'étriperais pas si maladroitement. »

 

 

( Merci au Petit Robert )

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article