Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Marlène

Flash spécial:  Jacques Collin est libéré de prison ! 

 

          " Je ne fais plus l'imbécile ! "

 


 

      Jacques Collin, Bagne de Toulon.   

 

C'est officiel aujourd'hui, le célèbre " forçat " de Paris,  Jacques Collin est un homme libre. Il a, aimablement, accepté de répondre à quelques questions avant de rentrer chez lui, à la pension de Madame Buneaud.   

 

                   - Vous êtes libre, que ressentez-vous ?


Ah, si seulement vous saviez ! Croyez-moi, mademoiselle, c'est une joie de pouvoir à nouveau admirer Paris. Cela fait tellement de bien d'être à l'air pur ! Je me sens revivre...


                   -  Vous avez hérité du surnom de Trompe-la-mort.


Ah ! Ah ! Ce surnom. Je l'aime beaucoup, j'ai l'impression d'avoir défié la mort. Ce que j'ai fait bien-sur ! J'aime être appeler ainsi, j'ai le sentiment d'être un homme important. C'est pour moi un honneur d'être surnommé ainsi.


                   - Maintenant que vous êtes libre, qu'allez-vous faire ?


Je songe à m'établir dans une pension, bien tranquille, dans un quartier sans problèmes ! Je ne fais plus l'imbécile ! Je voudrais pouvoir m'établir dans la société ! Mais pour le moment, je souhaiterais avant tout, retrouver un de mes plus cher amis. Monsieur de Rastignac ! J'aimerais lui rappeler à mon bon souvenir ! 


                   - Pensez-vous vraiment pouvoir vous établir dans la société ?

 

Et bien , je pense pouvoir y arriver avec l'aide de mes dix mille frères !

Y a-t-il quelqu'un qui soit plus riche que moi ?

De plus Monsieur de Rastignac m'aidera volontiers, dans ce qu'on appelle l'ascension sociale. 


                   - Avant votre arrestation, vous vous faisiez appeler Vautrin.


En effet. C'était une couverture. Je pense ne plus en avoir besoin, puisque maintenant je suis libre !


                   - N'avez-vous pas peur de la réaction des hommes (et des femmes ) face à votre nom.


Sachez, mademoiselle, que Trompe-la-mort ne craint rien !


                   - On dit que vous avez endossé un meurtre commis par une autre personne.


Vous avez tout à fait raison ! J'ai consenti à prendre sur mon compte le crime d'un autre, un faux commis par un très beau jeune homme, que j'aimais beaucoup, oui, un jeune Italien assez joueur, entré depuis au service militaire, où il s'est parfaitement comporté.


                 - Pensez-vous pouvoir respecter la loi, ne plus commettre de crimes, d'infractions ?


Et bien, ma chère mademoiselle, je suis persuader d'y arriver. Je veux simplement profiter de la vie...


                 - Je vous suis très reconnaissante d'avoir accepté de répondre à mes questions. J'espère que vous allez réaliser vos voeux.


Ma chère, moi aussi, j'espère pouvoir réaliser mes rêves. Croyez-moi, les voeux d'un honnête homme, ils doivent porter bonheur, Dieu les écoute. Merci de m'avoir écouté.




Propos recueillis par Marlène.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article