Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

 

http://s1.e-monsite.com/2009/10/22/05/94425612carte-italie-des-grandes-villes-png.png

Source

 

 

VERONE AVANT LIVOURNE !

  
 

Mardi 20 mars à 20 H 30

au Quartz, le théâtre de Brest,

les Premières L du lycée de l'Iroise

assistent à la représentation de la pièce

 

 

ROMEO ET JULIETTE

 

Une pièce de William Shakespeare

 

mise en scène par Olivier Py

 

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4c/Romeoandjuliet1597.jpgSource

 

 

POINT DE DEPART DE L'INTRIGUE

 

 

La rivalité qui oppose les Capulet et les Montaigu ensanglante toute la ville de Vérone, au grand dam du prince Escalus. Roméo, héritier des Montaigu et follement amoureux de Rosaline, s'adonne à la mélancolie la plus noire car elle le repousse. Pour le consoler, ses amis Benvolio et Mercutio le persuadent de s'inviter incognito à la fête que Capulet donne en l'honneur de sa fille, Juliette ; Roméo accepte puisque Rosaline y sera. Pour Juliette, persuadée par sa mère et sa nourrice, le bal sera l'occasion de rencontrer un possible futur époux, même si Capulet n'est pas pressé de marier sa fille. Juliette remplace totalement Rosaline dans le coeur de Roméo ... (Source)

 

 

http://www.lequartz.com/sites/default/files/images/spectacles/saison-1112/romeo-et-juliette/princ/romeo-et-juliette-2-alain-fontenay.jpgSource image


 

UNE PIECE D'ORIGINE ITALIENNE

ET DE NOMBREUSES REECRITURES

 

 

Roméo et Juliette puise ses origines dans une série d'histoires d'amour tragiques remontant à l'Antiquité, comme le mythe de Pyrame et Thisbé. 

Les noms des familles rivales, Capuleti et Montecchi, apparaissent au XIVe siècle dans la Divine Comédie de Dante, au chant VI du Purgatoire, mais seuls les Montaigu sont de Vérone. Les Capulet sont de Crémone, et la rivalité entre les deux maisons s’inscrit dans le conflit entre guelfes et gibelins dans toute la Lombardie.

Une première ébauche de l’intrigue apparaît en 1467 dans la nouvelle Mariotto et Ganozza de Masuccio Salernitano, dont l’action se déroule à Sienne. Cette version inclut le mariage secret, le frère complice, l'échauffourée qui voit la mort d'un citoyen important, l'exil de Mariotto, le mariage forcé de Gianozza, la potion, et la perte du message crucial. À la fin, Mariotto est capturé et exécuté et Gianozza meurt de chagrin.

Luigi da Porto adapte l'intrigue sous le titre Giulietta e Romeo, publié en 1530 dans son Historia novellamente ritrovata di due Nobili Amanti. Da Porto s'inspire de l'histoire de Pyrame et Thisbée, ainsi que du Décaméron de Boccace, et donne à l'histoire une bonne partie de ses caractéristiques définitives : les noms des amants et leur sort final, la rivalité entre Montecchi et Capuleti, et le cadre véronais. Il introduit également les personnages qui deviendront Mercutio, Tybalt et Pâris sous la plume de Shakespeare.

En 1554, Matteo Bandello publie le second volume de ses Novelle, lequel inclut sa version de Giuletta e Romeo. Il met l'accent sur la dépression de Roméo au début de l'intrigue et sur la querelle entre les deux familles et introduit les personnages de la nourrice et de Benvolio. Cette histoire est traduite en français par Pierre Boaistuau en 1559, dans le premier volume de ses Histories Tragiques ; sa version est plus moralisatrice et sentimentale, et ses personnages n'hésitent pas à se lancer dans de grandes envolées rhétoriques.

Le poème narratif d'Arthur Brooke The Tragical History of Romeus and Juliet (1562) est une traduction fidèle de Boaistuau, adaptée pour correspondre en partie au Troilus and Criseyde de Chaucer. À l'époque, le public est friand de contes italiens, et de nombreux auteurs et dramaturges publient des textes inspirés de novelles italiennes. Shakespeare ne fait pas exception : Le Marchand de Venise, Beaucoup de bruit pour rien, Tout est bien qui finit bien, Mesure pour mesure et Roméo et Juliette s'inspirent toutes de novelles.

Cette dernière est essentiellement une adaptation théâtrale de la dramatisation de Brooke : Shakespeare suit de près le poème, mais approfondit les personnages, notamment la nourrice et Mercutio. Il est possible qu'il ait connu Palace of Pleasures, un recueil de contes italiens édité par William Painter en 1567. Ce recueil comprend une version en prose de l'histoire de Roméo et Juliette intitulée « The goodly History of the true and constant love of Rhomeo and Julietta ». (Source)

 

http://www.lequartz.com/sites/default/files/images/spectacles/saison-1112/romeo-et-juliette/princ/romeo-et-juliette-3-alain-fontenay.jpgSource image

 

 

UNE MISE EN SCENE ET UNE TRADUCTION

DU DIRECTEUR DE "L' ODEON - THEATRE DE L'EUROPE"

 

"Quelle pièce est aussi célèbre et pourtant aussi peu connue ! Roméo et Juliette serait un simple fait divers amoureux mélodramatique, une belle histoire triste et un peu superficielle  transfigurée par la grâce d’un verbe magicien ?

Olivier Py, actuel directeur de l’Odéon-Théâtre de l’Europe, vient à Shakespeare sans idées préconçues. Et comme il a récemment mis en scène, aux Pays-Bas, le Roméo et Juliette de Gounod, il est revenu au texte original pour y chercher autre chose, justement, que ce que l’opéra semble en avoir retenu.

Une conviction s’est alors imposée à lui : s’ils s’aiment, ces deux amants sublimes, c’est parce que leur amour est impossible. Ce n’est pas malgré le monde, la société, les préjugés, l’hostilité entre leurs deux familles ou leurs propres penchants qu’éclate le coup de foudre, c’est bien plutôt à cause de tous ces obstacles. Pour sa première approche d’un maître qu’il admire entre tous, Olivier Py travaille lui-même à une version ramassée qui réinvente l’énergie percutante et elliptique, le flamboyant état d’urgence de la grande langue shakespearienne." (Source Le Quartz)

 

http://www.lequartz.com/sites/default/files/images/spectacles/saison-1112/romeo-et-juliette/princ/romeo-et-juliette-alain-fontenay.jpgSource image

 

 

 

A venir sur i-voix

les impressions des spectateurs ...



 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article