Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix



L'amitié entre Brest et Livorno
passe aussi cette semaine par le théâtre...





Jeudi 22 octobre,

 à 19 h 30 au Quartz, le théâtre de Brest,


les Premières L du Lycée de l'Iroise

assisteront à la représentation de

Pinocchio

une adaptation théâtrale
 par Joel Pommerat
du célèbre récit de Carlo Collodi

 

      

Source-image  

                                                                   
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                


  Présentation du spectacle par Daniel Loayza :

 

 

"Qui donc est-il, ce Pinocchio dont rêve Joël Pommerat et qu’il destine d’abord aux enfants ? Un être effaré, naïf, ravi – donc plongé, ajoute-t-il, dans «un état profondément théâtral». Autour de Pinocchio, héros d’une fête musicale et douce, le spectacle joue du contraste entre l’austérité sérieuse du réel et les prestiges de la fantasmagorie. Ce conte librement réinventé où l’imagination enfantine se mesure à la dureté des «grandes personnes» part «de la question de la paternité et de la pauvreté». Peut-on s’acquitter d’une dette de vie ? Comment devient-on grand tout en restant libre ? "                                                                              Source

 

 

« Mentir, bien entendu, est aussi un besoin enfantin : celui de faire l’épreuve de sa liberté, fut-elle illusoire. Mentir, pour Pinocchio, c’est encore une façon de se déraciner, d’échapper à son appartenance pour tenter de se définir que par soi-même, dans ses propres termes. Le mensonge est donc également, du moins à un certain âge, un signe de vitalité : il réclame de l’initiative, de l’imagination, un certain sens de la transgression. S’il contribue à développer ces qualités, il peut ouvrir à une meilleur connaissance de soi [on l’appelle alors d’un autre nom : songe ou fiction, voire “histoire vraie “]. (…) Pommerat a lié deux aliénations et deux besoins : richesse et mensonge. Dans son spectacle, l’un porte sur l’autre, l’une provoque l’autre. C’est que ces deux alinéations, au fond, ont une racine commune : l’aspiration à être plus et autre que soi-même, aspiration qui chez les enfants, oscillant entre être et avoir, s’appelle “grandir “. »

 

 

 

 

 

 


Présentation du héros par Jean-Claude Zancarini :

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     "Il fait preuve de cet esprit d’aventure dès les premières pages du livre, à peine est-il ébauché par son père et s’est-il dégourdi les jambes : «il sauta dans la rue et décampa». On sait que cette première fuite sera suivie par bien d’autres ; elle est également un symbole qu’on fera bien aussi d’intégrer dans la lecture : le personnage, le livre échappent à leur créateur, à ses intentions éducatives et moralisatrices. C’est qu’il y a deux âmes dans Pinocchio, deux logiques dans le livre : celle de Pinocchio le rebelle, celle de Pinocchio le petit garçon comme il faut. C’est la présence simultanée de ces deux âmes, de ces deux logiques, qui anime le livre et lui donne son mouvement, sa structure. (...) On est face à une spirale qui pourrait se dérouler sans fin, et que l’on pourrait formuler ainsi : aventure, échec, bonnes résolutions, nouvelle aventure, nouvel échec, nouvelles bonnes résolutions, et cela jusqu’au moment où il faudra trouver une fin qui paraît bien improbable tant que Pinocchio est ce qu’il est..."

Source

 

 

 

Source-image


Présentation vidéo et audio du livre de Collodi
par Marina Marino, professeure à Livorno :

 


 

Présentation de Carlo Collodi,

écrivain toscan né à Florence en 1826 :

 

 

 

Présentation de Collodi,

le "village de Pinocchio"

situé en Toscane à Pescia, entre Florence et Pise :

 

 

 

Source image

 

 

A venir sur le blog i-voix :

les impressions des spectateurs

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F


Merci pour votre aide, elle nous sera sûrement précieuses !! ;) Joli T.P.E. en perspective.



Répondre
M

Magnifique représentation, un peu bizarre au début mais j'ai adoré !


Répondre
B

J'ai hate d'y être de pouvoir voir ça


Répondre