Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par i-voix

les-aveugles-credit2richard-max-tremblay1jpg.jpg

source

 

 

Vendredi 26 octobre 2012 à 12h30,

au Quartz, théâtre de Brest,

les Premières L du lycée de l'Iroise

assistent à la représentation

 

Les Aveugles

 

Une pièce de Maeterlinck

conception par Denis Marleau

 

 

 

La pièce vue par Le Quartz

 


"Douze visages apparaissent surgissant de l’obscurité des feuillages d’une forêt. Six hommes et six femmes qui sont tous aveugles. Ils ne bougent plus car ils ne peuvent avancer sans leur guide disparu depuis on ne sait combien de temps ... Alors ils parlent pour ne pas laisser place au silence et à l’angoisse. Mais la nature se manifeste autour d’eux, trouble les perceptions et fait grandir la tension. Objet théâtral croisant l’installation vidéo d’art contemporain et les masques de la tragédie grecque, Les Aveugles propose une aventure sonore et textuelle dans l’univers de Maeterlinck en faisant ressortir la modernité de son questionnement sur le regard."

 

(Source : Le Quartz)

 

 

La pièce vue par la presse canadienne

 

La pièce en un acte écrite en 1890 est pour le moins étrange. Une douzaine de personnages aveugles dialoguent entre eux, immobiles, dans une quelconque île, leur guide ne répondant plus à l'appel. Sont-ils morts ou non? On ne le sait pas vraiment. «L'histoire des Aveugles posait une question essentielle sur la manière de la mettre en scène, commence par dire Denis Marleau : comment faire jouer des aveugles ensemble dans une île, où ils ne voient rien, où c'est la nuit ? »

 

«Au tournant des années 2000, je me suis dit : ce que je suis en train de développer avec l'image vidéo au service du personnage, je pourrais le pousser plus loin, de façon plus radicale, en sortant l'acteur du plateau, et en travaillant sur une représentation comme l'avait rêvée Maeterlinck, d'une présence humaine, mais à travers la médiation d'un masque, d'un jeu de reflets de lumière, sans la présence physique de l'acteur.»

 

«Maeterlinck trouvait que la personnalité des acteurs prenait énormément de place sur scène, explique Stéphanie Jasmin, qui a collaboré à la création des Aveugles. Il cherchait une autre façon de faire la médiation entre le texte théâtral et le spectateur, de manière à ce que l'on sente moins la personnalité de l'acteur, considérée comme une barrière. Malgré l'absence d'acteurs dans Les aveugles, on ressent leurs présence. C'est une expérience miroir, qui renvoie le spectateur à sa propre solitude.»

 

(Source : lapresse.ca)

 

 

 

 

 

A venir sur le blog i-voix,

dans la catégorie "Théatres"

les impressions de spectateurs des lycéens 

 

Commenter cet article