Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Florent


Présentation de l'auteur :

racine


Jean Racine, né à La Ferté-Milon le 22 décembre 1639 et mort à Paris le 21 avril 1699, est un poète tragique français considéré, à l'égal de son aîné Pierre Corneille, comme l'un des deux plus grands dramaturges classiques français.

Né d'une famille de petits notables et d'écrivains, il deviendra orphelin dès l'âge de 4 ans. Par la suite, il suivra une éducation janséniste au couvent de Port-Royal où sa marraine est religieuse ce qui lui permit une scolarisation gratuite. Il y aquirat une très large culture, nottament littéraire.
A 18 ans, Racine est donc pauvre et orphelin mais ses relations Jansénistes lui permettront de vivre dignement et de découvrir la vie mondaine. Il commenca à écrire des poèmes et des ôdes élogieuses à l'égard du roi, ainsi en 1664 il fut introduit dans la cour de Louis XIV et fit jouer sa première pièce par Molière, La Thébaïde.
En 1665, c'est son premier succès avec sa pièce Alexandre Le Grand. Joué par la troupe de Molière elle lui sera retiré pour une troupe de théâtre plus prestigieuse, cette affaire brouillera les deux hommes.
Les Jansénistes désapprouvaient les oeuvres théâtrales, Racine se brouillera donc également avec Port-Royal.
Racine continua d'écrire de nombreuses tragédies, parmi les plus fameuses : Andromaque (1667), Britannicus (1669), Phèdre (1677), Athalie (1691) et d'autres...


Présentation de l'oeuvre :

britannicus.jpg

L'empereur Néron vient d'enlever Junie, l'amante de Britannicus. Ce dernier devrait être l'empereur légitime mais Messaline et Claude, ses parents, sont décédés dans des circonstances suspectes sans doute empoisoné par Agrippine. Celle-ci  écarta donc Britannicus au profit de Néron né d'un premier mariage. Agrippine n'étant pas été informé de l'enlèvement de Junie s'inquiète de voir la tutelle qu'elle exerce sur son fils s'affaiblir. Ainsi, elle se range au côté de Britannicus en lui proposant son aide afin qu'il accède au trône, lui permettant ainsi de changer de "pantin" et de garder son influence sur l'empire. Britannicus accepte, poussé par son gouverneur Narcisse qui est en fait un traître à la solde de Néron, il met donc Néron au courant du complot qui se trame. Pour répondre au complot Néron projette de répudier sa femme Octavie au profit de Junie mais elle refuse ses avances. Néron la menace alors de tuer Britannicus si elle refuse de rompre avec lui, elle accepte sous la contrainte. Plus tard, Junie avouera à Britannicus du stratagème de Néron mais celui-ci est directement au courant de l'aveux par Narcisse que Britannicus avait mit au secret. Néron fit sur le champ enfermer Britannicus et maintient enfermée Junie au palais. Agrippine convaincra Néron de se réconcilier avec Britannicus autour d'un grand festin, Néron accepte mais a pour idée d'empoisonner son rival lors du festin. Agrippine se félicite de sa victoire sur Néron, quand Burrhus vient annoncer que Britannicus a été empoisonné lors du repas. Junie s'enfuit chez les vestales afin de s'échapper au mariage qui y est interdit, Néron est maudit par sa mère et plonge dans un grand désespoir.


Mon avis sur l'oeuvre :


Très sincèrement, je vais avoir du mal à faire l'éloge de cette pièce. On m'en avait parlé et comme je possèdais l'oeuvre, j'ai décidé de m'y mettre. Il est vrai qu'on se prend au jeu des vers qui sont présents tout au long de la pièce, ainsi qu'à l'intégration de la fiction dans un cadre historique très précis et bien échaffaudé. Cependant, le côté trop sombre basé sur l'échec amoureux et la cupidité des personnages, voir cruauté pour certains m'a réellement filé le cafard. Difficile également à la compréhenssion du fait du vocabulaire extrêmement soutenu. J'ai tout de même  pris du plaisir à découvrir ce style littéraire qui m'était inconnu mais bon on trouve vite la lecture longue. Pour finir sur un point positif, j'ai apprécié que l'intrigue ne traîne pas à démarrer. Il n'y a pas vraiment de situation initiale ce qui permet d'être immédiatement plongé dans l'histoire.

Pour les non-initié au genre, il faut tenter au moins une fois !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

louis allan 24/09/2015 00:30

pas mal du tout continue comme ca

louis allan 24/09/2015 00:30

pas mal du tout continue comme ca

GF 13/03/2010 21:13


C'est le principe de la tragédie que de plonger tout de suite le spectateur/ lecteur dans l'histoire. Cette lecture, même si tu n'as pas aimé la pièce, va te servir pour le Bac...


François 19/01/2010 10:36


je n'ai pas vraiment apprécié