Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Klervi

    
     L'écume des jours est un roman de Boris Vian écrit en 1946 pour sa femme et publié en 1947. C'est l'histoire de Colin, un homme banal et possédant de l'argent. Il est entouré de Chick, un ami qui ne connait pas cette chance et de Nicolas, son cuisinier. Celui-ci tombe amoureux d'une jeune fille nommée Isis, alors que Chick, lui, rencontre Alise. Colin, seul, voyant ses amis accompagnés, souhaite lui aussi connaître le bonheur, qui ne tarde pas à arriver puisqu'il rencontre Chloé à l'occasion d'une soirée et décide de l'épouser. Il choisit de partager sa joie en offrant à Chick une partie de sa fortune pour lui permettre de se marier avec Alise. Malheureusement Chloé tombe malade : elle a un cancer, "un nénuphar dans le poumon". Colin, amoureux, l'emmène à la montagne et lui offre des fleurs dans le but de la guérir. Opération qui réussit. Revenue, elle est guérie mais n'a plus qu'un seul poumon qui fonctionne. Elle retombe malade de l'autre poumon, et cette fois-ci il n'y a pas de moyen de la remettre en forme. Plus les jours passent, plus leur maison rétrécit, plus les murs se resserrent, plus elle est triste, plus elle est obscure. Alors qu'Alise, jalouse du philosophe Jean-Sol Partre parce que Chick passe son temps à le lire et à dépenser ses sous pour ses talents, tue cette homme, met le feu à toutes les librairies proches, et meurt brûlée. Chick, lui, se fait tuer par la police parce qu'il ne paye pas ses impôts. Chloé meurt, elle aussi de maladie. Colin est de nouveau seul et pauvre cette fois-ci. Déprimé, il pense à se suicider.

     Boris Vian est français, né le 10 mars 1920 à Ville-d'Avray en Hauts-de-Seine, et mort d'une crise cardiaque lorsqu'il était en train de regarder la projection de l'adaptation de son roman J'irai cracher sur vos tombes, le 23 juin 1959 à Paris. Mise à part l'écriture, Vian a d'autres talents tels que la poésie, la parole, la chanson. Il a aussi été  ingénieur de l'école centrale, inventeur, scénariste, traducteur, conférencier et peintre.

     J'ai beaucoup aimé ce livre car il sort de l'ordinaire je trouve, il permet de s'évader un peu par son histoire complétement folle mais si triste à la fois et surtout vraiment absurde. Tout au long de l'ouvrage on croit à un rêve. Quand on le commence on a l'impression de s'endormir, mais pas d'ennui, et quand on le finit on a l'impression de se réveille, de  s'être seulement assoupi quelques secondes et d'avoir simplement fait un drôle de rêve. Boris Vian arrive à nous faire ressentir des émotions différentes, voire opposées, au même moment, la folie présente dans toute l'oeuvre mais aussi son côté malheureux par la maladie, la mort, les problèmes financiers. L'auteur parvient à faire tout ceci sans pour autant dire les choses clairement, par exemple avec le "nénuphar au le poumon" qu'à Chloé. Les sujets plutôt durs sont adoucis, et durant une bonne première partie du livre on croit que tout est possible, que tout est arrangeable et réparable. Ainsi, il suffit que Chloé aille à la montagne pour guérir alors que tout le monde sait que ça ne se passe pas comme ça dans la réalité. Il n'y a qu'à la fin que tout s'écroule.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article