Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Alyssa

 

LORENZO POEMES 

 

 

Présentation d'Alfred de Musset 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a9/Alfred_de_musset.jpg/414px-Alfred_de_musset.jpg

Alfred de Musset (1810-1857) est un poète romantique qui a écrit notamment le drame Lorenzaccio. C'est à Venise que "l'amour insensé"  de Musset pour Sand a tourné au drame. On raconte qu'il était malade et que Sand le trompait avec le docteur qui le soignait. 

 

   VENISE

 

Dans Venise la rouge,
Pas un bateau qui bouge,
Pas un pêcheur dans l’eau,
Pas un falot.

 

Seul, assis à la grève,
Le grand lion soulève,
Sur l’horizon serein,
Son pied d’airain.

 

Autour de lui, par groupes,
Navires et chaloupes,
Pareils à des hérons
Couchés en ronds,

 

Dorment sur l’eau qui fume,
Et croisent dans la brume,
En légers tourbillons,
Leurs pavillons.

 

La lune qui s’efface
Couvre son front qui passe
D’un nuage étoilé
Demi-voilé.

 

(...)

 

  (poème intégral)

 

 

 


 

Présentation de Lorenzino de Médicis

 

http://www.postersplease.com/posterblog/wp-content/uploads/2009/03/alphonse-mucha-lorenzaccio_1896_73x2037cm.jpgLorenzino de Médicis, dit Lorenzaccio est né le 23 Mars 1514 à Florence et mort le 26 Février 1548 à Venise. Il était le fils de Pierfrancesco de Médicis le Jeune et de Marie Soderini. Chassé par les Florentins, ils se rendit à Rome en 1530, où il a acquis la mauvaise réputation de coupe-tête des statues anciennes. De retour à Florence la même année, il est devenu le compagnon inséparable du duc Alexandre de Médicis, son cousin, récemment restauré dans la direction de la ville. Le soir du 5 janvier 1537, il tua ce dernier après l'avoir endormi dans ses appartements. Le 26 février 1548 Lorenzino fut percé de coups de couteaux par deux hommes, et il mourut en face de la maison de sa maîtresse Elena Barozzi sur le Campo San Polo. (Source Wikipedia) Lorenzo écrivit le poème suivant alors qu'on venait de le chasser de Rome, où il avait vandalisé les statues.

 

 

Voici le poème de Lorenzaccio

dont s'est inspiré Alfred de Musset :

 

Rome

 

Rome, ville fleurie,

Cruelle par sa haine,

Car pas de gens qui s'aiment,

Pas âme qui rie.

 

Seul, assis sur la grève,

Un très grand lion soulève,

Dans le ciel orangé,

Soleil couché

 

Autour de moi se noient

Le silence et l'effroi :

comme des animaux

  tournent le dos.

 

Dorment sur leurs oreilles,

Alors qu'un homme paye

Le prix de ses erreurs :

Doux bonheur.

 

La lune qui prend place

Couvre mon front qui passe

D'un nuage étoilé

Demi-voilé.

 

La sentence est levée.

De Rome suis chassé.

Je pars donc loin d'ici :

Que du mépris !

 

Et les rues animées,

Et les regards glacés

Et les statues antiques,

Préhistoriques,

 

Et le temps, et la vue

Des mômes dans la rue,

Et les palais si grands

Qu'ils prennent vent.

 

  Avoir crime commis :

Les statues m'a t-on dit

Etaient abîmées :

On m'a jugé.

 

Mais qui dans l'Italie,

N'a son grain de folie ?

Qui ne garde aux amours

Ses plus beaux jours ?

 

 

Lorenzo 

 

  http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/65/Arc_de_Constantin.JPGL'arc de Constantin à Rome

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M


Décidément, Musset doit tout à Lorenzaccio et non l'inverse !



Répondre