Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Martha

http://img.over-blog.com/199x300/2/25/27/63/Lorenzaccio/LORENZO_POEMES.jpg

 

http://www.skidmore.edu/academics/fll/janzalon/symbolism/rimbaud3.jpg

 Arthur Rimbaud est un poète français, né le 20 octobre 1854 à Charleville, et mort le 10 novembre 1891. Il écrit ses premiers poèmes à quinze ans et demi. Ses derniers à 20 ans. C'est un lycéen brillant et une étoile filante de la poésie française. Vie d'errance et de débauche, c'est dans la capitale qu'il fait la rencontre de Verlaine, déjà fervent admirateur du jeune prodige. Naît alors une relation passinonée et tumultueuse qui deviendra légendaire, notamment à cause du fameux épisode de Bruxelles où Verlaine, brisé par la possibilité d'une rupture, blesse son amant d'une balle.

 

Rimbaud, par Paul Verlaine. 

 

 Roman

poème inspiré de" Poursuite d'une ambition"

de Lorenzino de Médicis.

On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
- Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
- On va sous les tilleuls verts de la promenade.

Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière ;
Le vent chargé de bruits - la ville n'est pas loin -
A des parfums de vigne et des parfums de bière...
 
- Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon
D'azur sombre, encadré d'une petite branche,
Piqué d'une mauvaise étoile, qui se fond
Avec de doux frissons, petite et toute blanche...

Nuit de juin ! Dix-sept ans ! - On se laisse griser.
La sève est du champagne et vous monte à la tête...
On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
Qui palpite là, comme une petite bête...
 
Le coeur fou robinsonne à travers les romans,
- Lorsque, dans la clarté d'un pâle réverbère,
Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
Sous l'ombre du faux col effrayant de son père...

Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
Tout en faisant trotter ses petites bottines,
Elle se tourne, alerte et d'un mouvement vif...
- Sur vos lèvres alors meurent les cavatines...

Vous êtes amoureux. Loué jusqu'au mois d'août.
Vous êtes amoureux. - Vos sonnets La font rire.
Tous vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût. 
- Puis l'adorée, un soir, a daigné vous écrire !...

- Ce soir-là..., - vous rentrez aux cafés éclatants,
Vous demandez des bocks ou de la limonade...
- On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
Et qu'on a des tilleuls verts sur la promenade.

 

 

http://1.bp.blogspot.com/_zLblZfemaPg/S7rJWdozx6I/AAAAAAAAIQA/iCTYrmGx3PE/s400/Fichier-Jacopo_Pontormo_056.jpg

 

Lorenzino de Médicis, dit Lorenzaccio (né le 23 mars 1514 - mort le 26 février 1548) était un homme politique, écrivain et dramaturge appartenant à la famille florentine des Médicis, qui fut mêlé aux intrigues et complots qui secouèrent cette grande famille à l'époque de la Renaissance. Il à écrit Poursuites d'une ambition à Florence un soir de fin Décembre en 1536. 

 

Lorenzino de Médicis

à ne pas confondre avec Lorenzo le Magnifique.

 

 

 

Poursuite d'une ambition 

 

On n'est pas sérieux quand on a vingt-deux ans.

Une lanterne en main, un soir de clair de lune,

  Un millier de ducats pour une simple enfant.

Fille de bonnes gens, avec peu de fortune,


  Et voilà Gabrielle une  belle de nuit !

L'air est parfois si doux qu'on ferme la paupière ;

Les noires sensations,  l'angélique folie,

Exaltent mon beau corps d'une intime atmosphère.

 

Le mal subsiste certes, mais pas sans le bien.

Comme l'ombre infinie n'est pas sans la lumière.

J'ai moi même été probe, à présent j'ai le vin.

Avec de doux frissons, j'attends l'heure et j'espère :


Piqué d'une mauvaise étoile qui se fond.

Je ris au wasserfal blond atteignant ma tête...

Triste vie ! vingt-deux ans ! j'ai pâli ma raison.

Et me souviens enfin de ma lointaine quête.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article