Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Méghane

      VuUUUUUu !!!!


IMGP3206.JPG

photo personnelle


      (1519-1603)

 

Médecin, philosophe et botaniste italien

né le 6 juin 1519 à Arezzo (Toscane),

mort le 23 février 1603 à Rome.

 

IMGP3205

      photo personnelle

 


Lors de notre journée ensoleillée à Florence, j'ai eu la chance et l'honneur de rencontrer Andrea Cesalpino.

 

Andrea Cesalpino étudie à l'université de Pise. Il a pour maîtres : Realdo Colombo († 1559) en médecine et Luca Ghini pour la botanique. Après ses études, il enseigne la philosophie, la médecine et la Botanique dans cette même université de Pise.

Il contribue à la description de très nombreuses plantes en Italie. Il succéde à Ghini à la tête du jardin botanique de Pise en 1554, fonction qu'il occupe jusqu'en 1558.

Plus tard, il est appelé à Rome pour enseigner la médecine et être le médecin personnel du pape Clément VIII qui le nomme professeur de médecine au collège de la Sapience.

Comme philosophe, il se fait remarquer par sa connaissance profonde des écrits d'Aristote. Ses travaux publiés restent sous l'influence d'Averroès ; il y fait montre d'un certain panthéisme. Son œuvre philosophique la plus importante est Quaestionum peripateticarum libri quinque (livre paru à Florence en 1569) où il étudie la pensée d'Aristote. Il embrasse la doctrine des Averroïstes, représentant Dieu, non comme la cause, mais comme le fond et la substance de toutes choses, ce qui le fait accuser de panthéisme et même d'athéisme. Cependant, la Catholic Encyclopedia indique qu'il est resté catholique toute sa vie.


Description de cette image, également commentée ci-après

source


En médecine, à la suite de son maître Realdo Dolombo, il est l'un des premiers à reconnaître la circulation du sang. Il décrit la fonction des valvules veineuses et reconnait le premier le sens centripète du flux sanguin veineux (1571). Il suppose l'existence des capillaires : vasa capillarimenta resoluta. Il affirme que le sang se distribue en fines "branches " et entre en contact avec l'air dans les poumons(1583). C'est à lui que l'on doit le terme de circulation sanguine.

Comme naturaliste, il reconnait le sexe dans les fleurs. Il invente la première méthode de botanique. Il fonde sa classification sur la forme de la fleur, du fruit, et sur le nombre des graines. Son œuvre la plus importante est certainement De plantis libri XVI (parue à Florence en 1583). Ce livre est proche des herbiers antérieurs et présente une théorie botanique, proche de celle dérivée de la pensée aristotélicienne. Il décrit environ 1 500 espèces qu'il tente de classer suivant un système permettant une détermination ultérieure facile. Il suit d'ailleurs les préceptes de Théophraste. Il fait une large place à ses propres observations et expériences.

source photo 

Arezzo, plaque commémorative d'Andrea Cesalpino

Il rejette les systèmes de classification basés sur des critères artificiels (comme le goût, les utilisations médicinales ou l'ordre alphabétique) et tente de trouver un système naturel. Contrairement aux autres herbiers, il ne contient aucune illustration, car Cesalpino estime que seul le texte permet de décrire précisément toutes les caractéristiques contrairement aux représentations graphiques. Cesalpino aborde de façon très novatrice l'étude des végétaux. Il dresse les fondements modernes de la morphologie et de la physiologie végétales. Il évoque ainsi la nutrition des plantes. Se basant sur les euphorbes qui laissent couler un jus laiteux quand on coupe une feuille, il y voit une analogie avec la circulation du sang chez les animaux. Comme Conrad Gessner, il considère que l'élément de base pour la classification est l'espèce basée sur le principe de la reproduction avec ses semblables et accorde une grande importance aux organes reproducteurs.

Il étudie également la chimie, et la géologie.

Dans De metallicis libri tres (publié à Romeen 1596), il donne une description détaillée de fossiles.

      Il meurt à Rome, à l'âge de 84 ans.

 

source texte


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article