Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Sarah

 

continuer

pour quel plus loin d’air quel

espace encore à ouvrir

avec les dents les mains les mots

 

ne pas laisser comme c’est 

 

 

Ce qui frappe assez vite dans l’écriture d’Antoine Emaz, c’est l’absence de structure. Ses mots n’ont pas de lien entre eux dans le sens où, de la manière dont nous avons appris à former nos phrases, on ne peut leur donner un sens lorsqu’ils sont mis bout à bout. D’ailleurs, là encore on ne peut pas parler de phrases : il n’y a ni majuscule, ni ponctuation, et on peine à savoir quel groupe de mots en complète un autre.

 

Je pense qu'Antoine Emaz détruit ainsi l'architecture grammaticale pour permettre aux mots de se contruire par eux-mêmes. Pour leur offrir la liberté que ce monde nous ôte.

 

Pour leur insuffler de l'air.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Martha 05/01/2011 15:28



je trouve que ta réflexion est sur la bonne voie, après avoir lu ce recueil c'est ce que je me suis plus ou moins dit aussi !



Sarah 07/12/2010 20:40



Je vous remercie =)



MLB 05/12/2010 18:53



Observation d'une grande précision et sensibilité.