Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Adèle

Mouvement  Un des éléments qui a attiré mon attention est le mouvement de la mère d’Electre, en apprenant la mort de son fils.

En effet, lors du discours de la voyageuse, contant les circonstances de la mort d’Oreste, les personnages sont figés, immobiles sur la scène, mis à part elle, qui accompagne son récit de grands gestes pour lui donner plus d’ampleur. Electre se trouve en face d’elle, comme recroquevillée sur le sol, et sa mère est en hauteur. Cette dernière tourne le dos à la voyageuse, se tenant droite, le regard porté au loin. Les deux femmes sont captivées par les paroles qui leurs sont rapportées, mais elles sont abasourdies, abattues. Soudainement, Clytemnestre tombe brusquement au sol et pleure la disparition de son fils « car une mère ne peut haïr ses enfants ». C’est cette brutalité qui m’a particulièrement frappée. C’est-à-dire le contraste entre l’immobilité, qui souligne l’atmosphère pesante de la scène, et la rapidité du mouvement, lourd de sens, qui souligne quant à lui le déchirement d’une mère qui a perdu une partie d’elle-même.

  

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A


Merci !


Pour l'image je n'ai aucun mérite ce n'est pas moins le peintre... malheureusement !



Répondre
F


Très bon article Adèle ! :)



Répondre
J


J'adore ton article Adèle, et surtout ton image :)



Répondre
L


Très juste !



Répondre
E


Je trouve super ton article :)



Répondre