Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Morgane

GEDC0853

(Photo personnelle)

 

 

   Bienvenue à Volterra, merci d'avoir choisi de venir visiter ce musée. Comme nous le savons tous les Étrusques était un peuple complexe à l'imagination débordante, créant des objets insolites sans fin, sans jamais aucun manque d'inspiration. J'aimerais que vous vous penchiez pour voir de plus près ces deux objets identiques. Voyez le travail précis que cela a du représenter? Encore une qualité étrusque dira-t-on. Peut-être vous demandez-vous quel peut être cet objet singulier inconnu des touristes et de la population en grande partie. Figurez-vous que cette paire de VanBouseberg est une des pièces étrusques les plus connues au monde dans le domaine scientifique et de la recherche archéologique. C'est une exclusivité mondiale que de l'avoir ici, et ce sera sûrement une des dernières fois que nous l'exposeront... Sa valeur est tellement importante qu'il faut faire attention aux voleurs et autres... Oui? Excusez-moi? Pourquoi ce nom? Eh bien tout simplement parce que le célèbre chercheur Wolf VanBouseberg est le premier à l'avoir découvert ! Il allait donc de soi qu'il nomme une telle découverte de son nom, un nom qui restera sans nul doute gravé dans les mémoires... L'utilité d'un tel objet? Dressons une petite liste, que vous comprenez le sens pratique et inventif d'un Étrusque, en -IV avant Jésus Christ:

       

Pied de chaises : Il s'agirait donc de pieds de chaise. Ce qui est tout à fait possible, étant donné que beaucoup de "pieds stylisés" y ressemble fortement. Pour VanBouseberg cela coule de source. Après tout, il a les mêmes à la maison. Ce qui nous prouve qu'en terme de décoration, les Étrusques avaient le sens de la finition très développé. 


Heurtoir : Ce qui semblerait le plus plausible serait le heurtoir à porte, mais seulement du point de vue de l'esthétique. Je pense qu'un certain nombre d'entre vous on pu penser à cette fonction en les voyant. C'est tout à fait normal, car les heurtoirs contemporains y ressemblent beaucoup. Le problème que, oui d'accord, un heurtoir, très bien, mais pour quelle porte? A quoi cela peut-il servir? Car nous pouvons voir que les « maisons » étrusques étaient faites de pierre et n'avaient pas de porte... Pourtant tout coïncide, un nouveau mystère à élucidé...


Boucles d'oreilles : Et oui ! C'est une véritable paire de VanBouseberg que vous avez sous les yeux. En effet, les plus coquettes des femmes étrusques aimaient, apparemment, se munir de parures scintillantes et flamboyantes. Le poids d'un kilogramme par paire dissuadaient les moins hardies, de surcroît ces accessoires n'étaient pas accessible à toutes. Voyez la richesse des détails, cet homme à l'air grave et à la barbe saillante, une preuve de réussite ! Si vous aviez été Étrusque vous auriez tuer pour ce bijou.


Grattoir à dos : Il s'agirait également de grattoir à dos, mais également pour toutes les parties du corps humain. C'était un agréable moyen de partager un brin de toilette entre amis. Il fallait caler sa main sur l'anse entre les deux têtes, afin que celles-ci soient en direction du dos de votre partenaire de toilette. Cela servait à éliminer la crasse, à la manière du strigile romain. Un pur moment de complicité pour petits et grands.


Couverts à salade : Les Étrusques étaient des personnes raffinées qui en aucun cas n'osaient se servir ou offrir de la nourriture avec les mains. La salade étant une de leurs principales victuailles, il fallait savoir comment la servir en toutes circonstances. D'où l'utilisation de ces VanBouseberg en tant que couverts.


Anneau pour bovins : Pour terminer, la dernière fonction de cet objet si insolite est l'anneau que l'on accroche aux naseaux des bovins. Il fallait la scinder en deux avant de la mettre en place. Puis la ressouder dans les naseaux de l'animal. Cela servait à reconnaître le mâle dominant dans un troupeau. Une technique encore appliquée aujourd'hui.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article