Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Sonia

Le jeudi 3 octobre, nous avons assisté à une représentation de la pièce "Pantagruel", mise en scène par Benjamin Lazar. Cette pièce est tirée du roman éponyme de François Rabelais, écrit en 1531. A cette occasion, l'utilisation de la lumière dans la mise en scène m'a paru intéressante à relever et développer dans ce blog.

En effet, tout au long du spectacle, une lumière était présente, presque en continu ; par moments atténuée, voire éteinte en fonction des scènes. Elle faisait ainsi intégralement partie du spectacle. Son intensité à certains instants mettait particulièrement en avant l'acteur, Olivier Martin - Salvan et ses deux musiciens.

Olivier Martin - Salvan jouait plusieurs personnages tous plus loufoques les uns que les autres, à savoir Pantagruel, Gargantua, même le narrateur ; et dans cette optique la lumière installait une nouvelle ambiance à chaque changement de personnages. Lors des scènes les plus tristes ou les plus énigmatiques, un voile lumineux se mettait en place. A plusieurs moments, dans le noir le plus total, l'acteur s'est éclairé le visage. On ne voyait rien d'autre que ce visage, très expressif. Les spectateurs étaient tenus en haleine au miondre mouvement de bouche de Pantagruel.

De fait, dans "Pantagruel" le jeu de lumières m'a beaucoup frappée, car la lumière est mise en scène tel un acteur à part entière, qui donne le rythme et participe des différentes atmosphères de la pièce. Sans elle le jeu des acteurs ne serait pas le même, et je dirais donc qu'elle est essentielle au bon déroulement du spectacle.

 

 

http://3.bp.blogspot.com/-ZIuX0Sc6IkI/UPRwmkA-maI/AAAAAAAAAZ8/Y4mKYfTj1j0/s400/_DEB3613-web.jpg

Source : Benjamin Lazar

Commenter cet article