Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par i-voix

Affiche i-voix.net

 

 

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les oeuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus, dilatations ...) ?

 

 


 

J'ai écrit des poèmes

chant renouvelé

tapé à l'encre

de modernité

 

Je les ai lus

bien haut

et fort

 

Tu as crié "ha ha" en rimes

 

Hadrien

 


 

Une goutte d'eau tombe dans l'Amazonie

Dans un bidonville, un petit garçon mange des ignams

Sur une pelouse, un vieux couple batifole malicieusement 

la crise financière déprime les gens

A l'aube, une abeille se pose sur un rocher

En Hongrie, une jeune fille ne supporte plus sa mère

Vous ne saurez jamais à quoi ressemble vraiment votre visage

Le Carpe Diem est un concept qui fait rêver beaucoup de gens qui n'ont pas le temps

 

RATATATATATATA

RATATATATATA

 

Le miel calme les maux de gorges

Aujourd'hui embaucher un hacker est à la portée de tous

Un macaque berbère se fait dessus en Mozambie

Quand on ne mange pas, on a faim a dit Jésus

La république de Macédoine n'as plus le droit de s'apeller Macédoine

Dans un salon parisien, Guillaume Canet se coupe les cheveux

Sur une pierre plate, une vietnamienne se tartine de crème au soleil de midi

Dark Vador habiterait peut être en Andalousie !

Nous ne sommes qu'une infime particule de ce monde 

 

POC POC POC 

POC POC POC 

 

Margaux

 


 

 

Il suffit d'un peu

d'eau

pour que

batte  

le bateau

 

http://www.navigo.com/wm/paint/auth/monet/later/monet.bateau-atelier.jpg

Source

 

Louise

 

 

 

 


 

Certaines questions exigent des réponses

Quand les pères sont absents, qui les remplace ?

Quand les mères sont trop présentes, que peut-on y faire ? 

 

Léa D

 

 


 

Essences, c’est un « s » qui a perdu son sens.

 

Silence, c’est un  si  que l’on balance.

 

mains2.jpg

Source + Montage

 

Olivia

 

 


 

 

 

 

le jardin n'est plus accessible

tout les chemins y vont

ciel bleu le matin

ciel doré le soir

 

Un désassemblage un carnage

 

La porte de l'enfer

est ouverte

les clés se trouvent dans la serrure

 

De multiples sentiers derrière la porte

 

Le paysage est magnifique

par un feu lumineux

 

 

Mathilde

 


 

Le plan s’est envolé

Un homme hurle de douleur sur la chaise du dentiste

Une femme nettoie un lavabo

Soudain la vague déferle

 TOC TOC TOC

Quelqu’un frappe  à une porte très loin d’ici

Mais on l’entend nettement

TOC TOC TOC

Pour questionner le centre encore faut il le trouver.

Peut-on trouver la bonne question sans se poser la bonne réponse ?

Un skateur tombe de sa planche

Un menuisier casse son rabot

Très loin une femme pleure son enfant perdu

TOC TOC TOC

Le bruit cesse, mais est remplacé par un bruit de revolver

Cette fois tout proche

PAN !    PAN !

 

Thomas

 

 


 

http://img.over-blog.com/360x600/2/25/27/63/Chloe/D-Bessis-1.jpg

Chloé


 

Je m'appele Loïs, j'ai huit ans.

Elle est là, près de moi

Dans mes rêves je m'en vais la retrouver.

 

 

Je coiffe mes cheveux à l'aide de mon peigne rose, ma bouche

sourit. Elle me regarde, et à son tour me sourit.

Ma frange blonde, coiffée

Je finis de me préparer, et je file jouer.

Elle est toujours là, près de moi .

 

 

La nuit, dans mes rêves, je la vois 

assise à me regarder, elle me dit,

Je suis là,

sois sage dors.

 

 

Je m'appelle Loïs, j'ai huit ans.

Elle est là, près de moi.

Dans mes rêves, je m'en vais la retrouver.

 

 

Nolwenn

 


 

Ils inventent un nouveau prototype de crème hydratante effet Extra Large, version les 4 fantastiques dans la vraie vie. Ca s'appelle crème HYDRABSOLU, elle est rose intense, à la Chanel gamme Rouge Allure. Ils promettent le teint de pèche tonique et je sais plus quoi.. Boîte en forme de squelette, pas commun. Nouvelle crème, nouveau concept du flétrissement des peaux fanées, ils disent "étale toi ça sur la bouille tu seras belle demain."

J'essaye. Texture corail tonique déployé sur les tâches de rousseur. Brûlure, gerbe de rouge sang remontant au visage. Virement des yeux tout blanc perte de la vue. Dégénérescence de l'épiderme, bouts de peau séchés se répandent sur le lavabo : vue des ossements intérieurs de moi. Mais non, non, ça n'arrivera jamais. 

 

http://2.bp.blogspot.com/-TJ5cZXNrbNM/TuIj7jv0u9I/AAAAAAAAAgs/M-YY90WZ0wU/s400/photo-925735-L.jpg

Margaux

 


 

Dehors la pluie brûle et pourtant le Soleil se noie je les vois à travers mes fenêtres rondes et aucun des deux ne gagne pour l'instant. Dehors la pluie est sèche déjà et le Soleil déjà englouti et pourtant dedans tout reste calme et blanc sans changement. J'ouvre la porte aux nuages et ils rentrent et à cause d'eux maintenant je vois trouble et je leur dis de partir mais ils ne veulent pas ils sont là pour longtemps maintenant, ils disent qu'on ne peut jamais les chasser seulement les cacher.

              http://4.bp.blogspot.com/-q2_ofpWdW4M/Tvs0Ceh2WDI/AAAAAAAAJNI/pI9nS-CKkTY/s1600/Turner+temp%25C3%25AAte+de+neige.jpg

Source

 

Louise

 

 


 

 

moi aussi

ils m'ont enfermé dans une étable

moi aussi

 

moi aussi

j'ai été clown dans leurs cirques

moi aussi

 

ils m'ont dit

donne-moi ta fourrure

je te donnerai de l'herbe

 

ils m'ont dit

donne-moi ton cœur

je te donnerai de la terre

 

ils m'ont dit

donne-moi tes pattes

je te donnerai le ciel

 

ils m'ont posé là

et ils m'ont laissé là

après

 

ils m'ont mis dans un four

et ils m'ont dit tu brûles bien

après

 

ils m'ont mangé

et ils m'ont dit brave bête

après

 

moi aussi mon ami

c'est fini mon ami

nous voici mon ami

moi aussi c'est fini

nous voici mon ami

 

Marc Chagall, Moi et le village, 1911 

 

Hadrien

 

 


 

Une famille de trois membres se perd dans la jalousie

J'ai tout en ayant rien

Il y avait quelqu'un d'aimé de tous dans une solitude personnelle

Pour certains ce n'est pas "d'accord" mais "si j'ai envie"

Aujourd'hui cinq filles ont rencontré un chat décédé dans le caniveau

La tristesse fait mal la perte encore plus

 

NA      NA      NA

NA      NA      NA

 

A une caisse du Leclerc un homme renverse son pot de miel sur le crâne d'une dame hautaine

N'allez pas chercher trop loin la solution qui est entre vos mains

Une fillette de 10 ans prie dieux pour que son beau-père s'en aille

Une mère gronde ses deux filles et celle de son compagnon car elles prennent trop de sopalin

Dans un camping un homme saoul tente gentillement d'embrasser une femme

La Terre tourne autour du soleil pourtant c'est l'inverse du contraire pour ce jeune fumeur

 

YAA YAA YAA     YAA YAA YAA

 

Une bande de jeunes filles sans trop d'amis trainent sans trop s'éloigner

Un simple NON peut changer toute une vie

Les chiens de bergers ramènent les moutons dans leur enclos

Sans prêter attention la femme de sa vie passe derrière son dos

A la boulangerie une dame odieuse se vexe des reflexions intelligentes d'une enfant de 5 ans

Il suffit parfois d'un rien pour amuser les enfants

 

BAM

BAM

BAM

 

Dans un quartier au 7ème étage du N°11 sur un canapé une petite admire les mains de son père

Ce n'est jamais l'enfant qui est à la cause d'un divorce mais il en porte pourtant les répercutions

Un viel homme conseille des bonbons à la sève de sapin pour la gorge

Il y des promesses qu'on ne tient jamais 

Dans les escaliers un cri retentit pour se libérer

Ne jamais dire jamais pourtant jamais avec ces trois ci elle n'existera

 

 

Estelle

 


 

ce 

mur

mutilé nous rappelle le 

murmure de cette 

musique 

macabre

de cette humanité

munie de

munitions qui maintenant

voudrait devenir aveugle

et muette.

 

http://clergetblog.com/wp-content/uploads/2011/07/banksy61.jpg

Banksy

 

Léa K

 

 

 


 

Rappelle toi I-voix 

il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là

 et tu paraissais souriante

Enrichie embellie et aguichante    

Rapelle-toi I-voix

Il pleuvait sans cesse sur Brest        

Et nous t'avons croisée salle 123    

Toi que nous ne connaissions pas

Toi qui ne nous connaissais pas

Rappelle-toi

Rappelle toi quand même ce jour-là

N'oublie pas deux classes dans cette salle t'attendaient    

Et il a crié ton nom 

I-VOIX 

Et tu es apparue sous ce video-projecteur

Aguichante embellie et enrichie

Et tu t'es jetée sous nos doigts

Rappelle-toi cela I-voix

Et ne m'en veux pas si je te tutoie

Je dis tu à tous ceux que j'aime

Même si je ne les ai vus qu'une fois  

je dis tu a tous ceux qui s'aiment

Même si je ne les connais pas

Rappelle toi I-voix

N'oublie pas

Cette pluie d'articles riche et infinie 

Sur ta page d'accueil infinie

Sur cette ville infinie

Cette pluie sur la mer 

Cette pluie sur l'arsenal

Oh I-voix

Quelle connerie la première

Que deviendras-tu maintenant ?

Sous cette pluie de lumière

De feu de laurier et d'argent

Et tes articles écrits sous nos doigts

Patiemment

Sont-ils tous parus ou bien s'ecrivent-ils encore maintenant ?

Oh I-voix

Il pleuvait sans cesse sur Brest

Comme il pleuvait avant

Mais ce n'est plus pareil et tout est terminé

C'est une pluie de tristesse terrible et désolée

Ce n'est même plus l'orage

De lumière de laurier et d'argent

Tout simplement des pages

Qui s'accumulent comme des anciens

Des anciens qui disparaissent

 Au fil de l'eau sur brest

Et qui s'en vont mourrir au loin 

Au loin, très loin du reste

Pour laisser place aux futurs anciens.

 

 

 

siam-2012.jpg

Source

 

 

Dorian

Commenter cet article