Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par i-voix

Affiche i-voix.net

 

 

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les oeuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus, dilatations ...) ?

 

 


 

Je m’appelle Lise, j’ai six ans.

Je voudrais savoir comment

Papa et maman ne le sont pas.

 

Je suis assisse à l’arrière de la voiture

Mets ta ceinture dit maman

Les gouttes de pluies ruissèlent sur la vitre

Qui va gagner la course je sais pas

Maman ou papa

Papa ou maman

Et moi…    

  J’imagine rattraper les nuages

    Ils filent à une vitesse folle, folle

      Tiens toi tranquille gronde papa

    Il y en a un qui me ressemble

    On dirait mes yeux, mes oreilles

    Il est tout gris à l’intérieur

    Il pleure.  

 

Retour à la maison

    Enfermée dans ma chambre je joue à la poupée

    Il y a le papa et la maman leur enfant mais

    Les cris reprennent derrière la porte

    Yeux fermés oreilles bouchées quand même

    J’entends la vaisselle qui se brise les murs

    S’effondrent sur moi je suis

    Engloutie.

 

Je m’appelle Lise, j’ai six ans.

    Je voudrais savoir comment

    Papa et maman ne le sont pas.

 

Adèle

 


 

C

Hadrien


 

 

D Bessis 2

 

Chloé

 

 


 

TOC TOC TOC

 

Roméo soupire à la fenêtre de Juliette

Les vendanges ont lieu pendant l'automne

Dans une maternité une femme accouche

À la terrasse d'un café on discute

Anakin Skywalker a rejoint le côté obscur de la force

Nicolas Sarkozy est candidat aux présidentielles de 2012

Un jeton libère le caddie

À la fin le soleil se couche

 

TOC TOC TOC

 

Julien

 


 

bullebullebullebullebulle

bullebulle pantalon bullebulle

        bullebullebullebullebulle

                                        trait

                                             trait

                                                    trait

                                     bullebullebullebulle

                                bullebulle trop bullebulle

                                      bullebullebullebulle

                                                                    trait

                                                                          trait

                                                                                 trait

                                                                                        trait

                                                                                   bullebullebullebulle

                                                                             bullebulle court bullebulle

                                                                                    bullebullebullebulle

                                                                              trait

                                                                       trait

                                                                  trait

                                                           trait

                                                     trait

                                      bullebullebullebulle

                            bullebulle complexe bullebulle

                                      bullebullebullebulle

 

Estelle

 

 


 

Une peur à la Orange Mécanique. Beethoven s'empare de moi, mais de façon fantaisiste. Une cure violente avec Mickey serait de rigueur, mais j'ai peur des piqûres. Passer outre. Pathologie incurable, peut-être.

 

Clément

 


 

 

Chaque nuit

Le même cauchemar.

Il crie

a travers les couloirs.

 

Les bras enlaçent,

serrent et embrassent.

Le réveil impossible,

Rêve déstructible.

 

Ses yeux s'ouvrent.

Il cherche ici et là,

cette paranoïa,

qui chaque soir l'enivre.

 

 

Sous la lumière qui s'éveille,

 Une seule question l'interpelle.

Qui est cet inconnu aux yeux pleins de malice

Qui le transporte tout droit vers le vice.

 

Leïla

 


 

 

RAAAH

Un cri d'homme se fait entendre, tout près.

On ne sait pas pourquoi.

RAAAH

 

Un adolescent travaille sagement dans sa chambre

La paix, c'est juste un entre-deux-guerres, et inversement

Un professeur italien donne un cours à des élèves endormis

Les antibiotiques ne sont pas efficaces contre les virus

Une allumette brûle les doigts meurtris d'un campeur perdu dans la nuit alpine

La question du centre existe-t-elle ?

Faire tourner un stylo entre ses doigts est une passion pour certains

Un spectateur médusé contemple les tableaux impressionnistes

 

RAAAH

 

Les printemps arabes sont sûrement une bonne chose

Il y a 219 ans, la monarchie française fut abolie par la mort

Une colombe fend le ciel, mais personne ne la voit

Un peu plus tard, c'est une balle qui passe, et là tout le monde la remarque

Une étude suédoise montre que la consommation de produits laitiers réduit les risques d'accidents cardiaques

Les éphémères ne vivent que quelques heures à l'âge adulte

Quand un vieux disparaît, c'est une bibliothèque qui brûle

"Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens, mais, dans l'oeil du vieillard, on voit de la lumière"

 

RAAAH

 

Clément

 


 

Je m'appelle Daphnée, j'ai onze ans.

Ma mère me raconte souvent son enfance.

En attendant, je regarde les hirondelles

emportée par le vent, je m'envole.

 

 

Chloé

 

 

 


 

 

http://img.over-blog.com/500x382/2/25/27/63/Olivia/Sans-titre-copie-1.jpg

Olivia

 

 


 

Dans un cahier il y aura toujours des feuilles

Sur une page il y a souvent des lignes

Quoiqu'il arrive le reflet ira avec son miroir

Comme l'oreiller accompagné de ses plumes

La question de savoir s'il y a une logique se pose

La question de savoir ce qu'est une logique se pose

La question de savoir d'où vient cette logique se repose

 

Nolwenn

 

 


 

bloggif_4fa56f804d2f6.jpg

 

 

Quelqu'un, quelqu'un va expirer la nostalgie de quelqu'un.
Quelqu'un suit la route et puis non il bifurque vers la rivière.
Quelqu'un fait ses grands pas de géants. Tantôt il persecute quelqu'un, tantôt il s'affaiblit.

 

 

Quelqu'un a la timidité des Mers du Nord.


Quelqu'un sûrement un argousin. Monsieur est peut-être anémique.


Quelqu'un aussi fait du métier de bûcheron sa passion et se surprend à rêver d'un voyage.

 

 

Quelqu'un se penche et regarde ce nuage. Ce quelqu'un se demande si, sur ce nuage, il pourrait voir la Terre entière.

 

Nathan

 

Commenter cet article