Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par i-voix

Affiche i-voix.net

 

 

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les oeuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus, dilatations ...) ?

 

 


 

 

Je m'appelle Mikael

Mon enfant est ce qu'il n'aurait pas dû être.

Au travail je suis garant de moi même.

 

La chair de ma chair porte mon nom et erre

dans les faubourgs asséchés du là-bas. Sa compagnie porte le fruit

d'un amour brûlant dans les cieux de l'éphémérité.

Je voue mes nuits à l'attente du fils

prisonnier de la fée verte.

 

Là-bas

Il dormira

Le sel polit le verre.

 

Nathan

 

 


 

Un corbillard passe mais personne ne le suit dans l'ombre de la nuit

La question de la pertinence de la question du centre se pose malgré une intense réflexion

Un flux résonne dans un cerveau fatigué par le bonheur qui fuit

Si les centres sont des mirages, que reste t-il? Une mission.

 

Maxime

 


 

Il suffit d'un

rien

pour que

mien

devienne

tien

 et

tien

 devienne

mien,

rien

que

MRT

mourantes.

 

 

Adèle

 


 

Imitation---David-Bessis-copie-1.jpg

 

Justine

 


 

 

Papa

 

Suppression d'a

 

Il vieillit,

 

Le

 

Pp

 

 

Cindy

 

 


 

Je m'appelle Lily, j'ai 13 ans 

Ma mère ne me voit plus et pourtant je suis là

Mon père ne me connait pas et pourtant je suis là 

Je suis là, mais lasse d'attendre. 

 

 

Pauline

 


 

"Vous comprenez?"

Quand je dis " Vous comprenez" à quoi fais-je allusion?

1/ A la finalité de l'existence?

1/ Au sens réel de l'oeuvre de Julien Blaine?

2/ Pourquoi la porte du moulin est fermée à double tour?

 

 

Nathan

 

 

 


 

Police

c'est le désordre

et

dans le désordre 

ça donne

Picole

 

 

Nicolas

 

 


 

Tu pleures. Il pleure il crie mais moi j'ai mal le froid le noir dans ma tête. Il pleut en croix sur moi.

Il pleure je dors seul tout à fait non longtemps plus comme avant.

Puis le bois le glas je suis seul seul vraiment oui. La tristesse elle parle elle pleure elle prie.

Les fleurs dansent autour de moi leurs yeux une dernière fois. Mais je n'ai jamais été seul et le marbre.

Je monte.

 

Clément

 


Elle est bourguignonne

par sa mère,

elle aime les vaches et les bons crus.

Elle est bretonne

par son père.

La tempête et la mer,

beaucoup de vent.

A bord, un civet de lapin ne lui fait pas peur.

 

Gaëlle

 


 

Les yeux baissés derrière les cheveux
les poings fermés dans les poches
dans le hall
genoux serrés  
pieds dans le vide...

J'attends.
Une dame rose qui remonte les barreaux du lit
et ferme la porte sans se retourner.


violence.jpg  

Image

 

Auriane

 

 


 

 

 

Ô nuit sans ombre
Sans secret, sans mystère, nous avançons
se perdre dans l'autre à narguer ces liens qui nous unissent 
                                                                   ― A l'aventure
 
 
 

 

Commenter cet article