Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par i-voix

 Affiche i-voix.net

 

 

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les oeuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus, dilatations ...) ?

 

  


 

 

 

   Le réveil est la mort

   D'un chien aboyant à l'aurore

   La perception est le signe

   D'un cauchemar qui s'anime

 

   Le combat est une civilisation

   Qui se débat et se confond

   Le jaguar est l'espoir d'émeraude

   Mais la mort demeure et taraude

 

 

   Les bambous souffrent et pleurent

   Milles hommes qui crèvent la plaie au cœur

   La cascade sera l'aveu du déclin

   Que perdure la rosée verte du matin

 

 

Nathan

 

 


 

http://img.over-blog.com/406x500/2/25/27/63/Adele/Parchemin-1.jpg

http://img.over-blog.com/335x500/2/25/27/63/Adele/Parchemin--copie-1.jpg

Adèle

 


 

Un jour ils sont là et moi aussi. Ils me disent

qu'ils m'aiment et moi aussi. Mais un jour ils

partent et puis moi je reste là.

Je les attends très longtemps. Et puis un jour

ils ne reviennent jamais. Et moi je les aimais

et eux aussi, mais ils sont partis sans moi.

 

Chloé

 


 

La transparence ne dévoile rien

Un petit garçon tombe dans la cour

Ses camarades jouent aux billes

Sur chaque continent, il y a une ville qui s'appelle Rome

La pluie ne se soucie pas du bruit qu'elle fait lorsqu'elle tombe

La vraie personne est cachée

Les soeurs se ressemblent

PAPAPAPAPAPAPAPAPPAPAPAPAPA

Des tourterelles roucoulent sur les fils électriques

Le vide aussi a un nom

Si vous tentez de retenir un éternuement, vous pourriez causer le bris d'une veine au cerveau et mourir

23% des problèmes aux photocopieurs sont causés par des gens qui impriment leur derrière
A Plougastel on trouve des fraises

Le petit rit comme une chèvre

Fou rire dans la maison

AHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA

La lessive tourne au vinaigre

Doudou tombe dans la terre

A Seattle on croise des vampires

Plus de 30% des gens à travers le monde, n'ont jamais donné ou n'ont jamais reçu d'appels téléphoniques
Au parc des amoureux se bécotent

pé donne du pain aux canards

Mémé remet du rouge à lèvres

HEHEHEHEHEHEHEHEHEHEHEHEHE

Mentir est un vilain défaut

La question du centre tangue

Le requin est le seul poisson qui peut cligner les 2 yeux
Il y a plus de poulets que de gens sur la terre

Papa est en bas qui fait du chocolat

Manger ni trop gras, ni trop sucré, ni trop salé

La belle au bois dormant s'appelle Aurore

LALALALALALALALALALALALALALALA

Il parait que le ciel est bleu

La plupart des gens s'endorment en 7 minutes
Il faut pratiquer une activité physique régulière

La confiture est verte

PAF.

 

Adèle

 

 


 

 

Que ferais-je sans toi, mon jouet ?
Que ferais-je sans tout ce matériel que tu m'as offert ?
Sans ton corps si parfait ?
Que ferais-je sans toi mon jouet, mon homme ?
Tu n'es qu'un jeu.

 

Auriane

 

 


 

 

la vie

au grand air

te

vire

***

la valise

sous le lit

la vase

s'enlise

s'en va

rien

***

vite

mais santé

vie

                      

Julien

 

 


 

 

Une jeune fille rousse hurle dans la rue qu'elle déteste être rousse.

Les bonbons à la menthe rafraichissent l'haleine.

Un brésilien cherche son chemin.

Les auteurs de poésie écrivent dès qu'ils ont de l'inspiration.

Le rôti de boeuf est prêt à être mangé.

Le mystère n'existe pas toujours.

Des raviolis refroidissent sur le bord d'une fenêtre.

La question du centre ne doit jamais cesser de se poser.

 

POOOOOUAH 

POOOOOUAH

 

Julie

 

 


J’ai oublié ton nom, ton visage, tes yeux,
Je sais pourtant que nous étions à deux.
Enfin retrouvés
par moi, te voilà contrôlé.

Nous ne ferons qu'un
Miennes, seront tes mains.
Et dans mes yeux,
coulera le sang de Dieu.

Ce soir vient le crime
O mon être sublime.
Maintenant retrouvés
Puis toi, perdu à jamais.

 

 

Leïla

 


Porte

Louise

 

 

 


 

Scène dernière

 

MARIO

 

MARIO. Quand l'amour s'est trouvé, que les cœurs s'unissent et que le bonheur fait enfin son nid, il ne reste que moi, Mario. Pourquoi puis-je n'être que spectateur dans le jeu de l'amour ?

 

 

Julien

 


 

Tillon1.jpg

Tillon est un lion en peluche au pelage usé, et à la crinère légèrement dégarnie. Il émane de lui une douce odeur de passé, une odeur rassurante. Son pelage beige tirant sur le marron est doux, et semblable à du velours. Ses yeux ont la forme de deux petites cacahuètes noires desquelles s'échapent 4 longs cils, ce qui lui donne un regard très doux et légèrement pantois.

Autrefois Tillon avait un jumeau, appellé aussi Tillon. Il a été perdu. Tillon est le seul rescapé de ces vacances dans le Jura. 

 

Tillon2.jpg

 

Cécile

 

 


 

A chaque fois on me crie, j'ai fait seulement ce que je voulais. Toujours les gens je les copie parce que tout le temps on me crie que moi c'est pas bien. La gueule saoulée il me reproche maman. Mais c'est qui le monsieur du soir? Pareil à celui du jour il se transforme la gentillesse la nuit pour être vulnérable. J'aime toujours pas ce monsieur du soir qui crie et qui casse les objets à terre et contre la tapisserie. Alors moi comme j'ai les yeux qui débordent de brouillard la fenêtre m'accueille pour attendre la maman qui jamais revient.

 

Moi quand j'attends c'est pour longtemps même que les gens disent que la patience c'est mon fort. Alors je fais ce que je sais mieux faire avec la fenêtre qui me sourit. Les volets je les regarde pas ils narguent mes cauchemars quand la voiture que je patiente arrive pas. Dans les rêves la mère dévale la pente de l'espoir en voiture blanche comme la mer des yeux qui coulent sur les joues pour les mouiller quand elles croient être desséchées.

 

Souvent la mère du monsieur du soir parle pour engloutir les souvenirs pas assez coriaces qu'elle dit qu'ils sont. J'ai pourtant rien noyé de ces nuits. Toujours présent dans la tempête de ma tête.

 

Estelle

 

 

 

Commenter cet article