Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

Affiche i-voix.net

 

 

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les oeuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus...) ?

 

 


 

Arrivé

en face les champs les routes

les bois

les années

 

dans le petit coin l'amie

en fuite.

 

Uriell

 

 


 



le coeur d'une émotion 

émulsion de sentiments

la pupille s'entrelace dans la buée légère

le cocon empli d'amertume 

l'envol se fait léger

 


http://da.img.v4.skyrock.net/2938/64382938/pics/3020597307_1_7_UzEDmFaj.jpg

 

 

 

Bénédicte

 


 

comme le voyageur

aux bateaux

dont le coeur se

détache sous

la mer au soleil

 

 

171.jpg

Source

 

Lucie

 

 


 

 

 

Il y avait les hésitations que trahissaient tes yeux

 

Il y avait une barque sur la sérénité des fleuves

Il y avait tous les fruits du monde réunis dans nos cœurs

Il y avait l'absence des hommes, l'absence de tout progrès

Il y avait ce goût léger, un goût de citron

Il y avait le plaisir, il y avait tes baisers

Il y avait l'olivier sous lequel tu dormais,

Il y avait un bout de ciel sous les ronces effrayantes,

Il y avait l'hozizon et l'ombre jeune de l'acacia,

Il y avait cette chanson mouillée par la pluie, toujours la même mélodie,

Il y avait dans la mémoire,

Siècle après siècle,

L'injustice tatouée par le sang

 

Tout bouge avec le vent

Les saisons tombent

L'heure tourne

Il n'y a pourtant, ni vent ni horloge.

Il y a les mêmes vagues, les mêmes rêves,

 Les mêmes paroles qu'autrefois

Notre histoire trébuche.

 

Il n'y a jamais eu d'amour,

Seulement de la passion,

 

Te souviens-tu de cette faim de vivre ?

Encore une fois,

Avant la pluie,

Trahis-nous pour m'adorer de nouveau

Encore une fois,

Tu déchires les chapitres du livre,

Et l'histoire s'achève ici.

 

 

Léa

 

 


 

 

il n'y a plus rien dans le frigo 

qu'est-ce que tu fais ?

 

tu meurs de faim

tu t'introduis chez ta voisine pour lui piquer à manger

tu décides de manger ton voisin

tu pars finalement faire les courses

 

 

Méghane

 


 

 

 

Serait-ce bientôt la fin

de la convalescence ?

Je sors pour la première fois

dans les couloirs de l'hospice.

 

 

Comment quelque chose de si blanc

peut-il paraître si triste ?

Je suis pour la première fois

dans les couloirs de l'hospice.

 

 

Je pressens l'odeur de la mort,

mais renais de mes cendres.

Je meurs à nouveau avec les autres

dans les couloirs de l'hospice.

 

 

Je n'entends que le silence,

ou les cris d'espérance.

Ceux aussi d'une nouvelle absence

dans les couloirs de l'hospice.

 

 

Je marche dans la nuit,

et rencontre un regard.

Celui de tes insomnies

dans les couloirs de l'hospice.

 

Juliette V

 


 

 

Coeur glacé

 

 

Nuit d'hiver

La tièdeur de nos souffles

S'entremêle

Buée

 

 

La vitre

Terrain de jeux de nos doigts

Voit nos pensées

Dessinées

Coeur

 

 

Le temps s'égrène

Nos corps se séparent

Tu pars

La pluie

 

 

 

http://images.ados.fr/divers/photo/hd/6925288692/coeur/coeur-buee-105699884b.jpg

Des minutes légères...

 

 

Jeanne

 


  homme qui marche,1948,alberto giacometti

source

 

           L'homme qui Arpente

           L'homme qui Babille

           L'homme qui Craque

           L'homme qui Débute

           L'homme qui Éduque

           L'homme qui Flirte

           L'homme qui Grelotte

           L'homme qui Hallucine

           L'homme qui Implore

           L'homme qui Jure

           L'homme qui Kreuse

           L'homme qui Lorgne

           L'homme qui Marche

           L'homme qui Nuance

           L'homme qui Oppresse

           L'homme qui Pense

           L'homme qui Questionne

           L'homme qui Ramollit

           L'homme qui Saccage

           L'homme qui Trouve

           L'homme qui Usine

           L'homme qui Veut

           L'homme qui Wagone

           L'homme qui Xylophone

           L'homme qui Yoyotte

           L'homme qui Zozotte

 

 

Morgane

 


 

 

 

atmosphère blindée          le creux d'une parole

associations d'images  et c'est la chute 

 

 

 

Bénédicte

 


 

un voile de silence

couvert par le brouhaha des mots

fleur multiple du tapis

journée blanche

et sa timide froideur 

je vois mes yeux qui voient

et ainsi de suite

 

73475668.1230311634.jpg

Source

 

Juliette H

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article