Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par i-voix

Affiche i-voix.net

 

 

Définition  :

 

et si un écrivain

était quelqu'un

qui transformait ses lectures en écritures ?

 

 

Hypothèses :

 

et si à l'ère du numérique,

le livre était enrichi par le lecteur lui-même ?

 

et si chacun  augmentait ainsi sa propre réalité ?

 

 

Devinette :

 

saurez-vous reconnaître

les auteurs qui ont inspiré les textes suivants

aux lycéens-lecteurs-écrivains d'i-voix,

les oeuvres qu'ils ont enrichies de ces productions

(imitations, inspirations, fragments perdus, dilatations ...) ?

 

 


 

 

Je t'écris

Dans la détresse. Je t'attends, je t'écris, je me languis. Je suis maladif, que fais-tu ? Tant de questions, en attente, en suspens, en réserve. Je ne suis pas lasse. Je t'écris. C'est comme si le temps ne comptait plus. Je t'écris. Le froid ne m'atteint plus, j'ai fermé la fenêtre. Je t'écris. Les rugissements du vents sont comme une douce mélodie. Je suis loin, de toi, de tout. Je ne suis pas perdu, tant que je t'écris. Je t'aime, je crois, je pense. Je t'écris. Est-ce la fin, le début, je ne sais plus. Je t'écris. Sur tout, sur rien. Qu'il gèle ou fasse soleil, ça m'est égal. Je t'écris.

 

Pauline

 

 


 

 

i-voix Bessis 

 

Eventuellement en écoutant ceci :

 

 

Mona

 


 

 

 

Blanc sans n

 

donne Black

 

comme quoi

 

sans Haine

 

on est tous égaux

 

http://cache2.allpostersimages.com/p/LRG/8/857/TSQY000Z/affiches/great-black-americans-martin-luther-king-jr.jpgMartin Luther King

 

Louis

 

 


 

La lampe chute lentement vers le béton armé, mais la main blafarde du gardien l'intercepte. Elle s'éloigne d'un pas assuré. Pourquoi une telle violence? Peut être  une simple mais viscérale aversion de la lumière, ou une affection incontrôlée pour la destruction ? Il la regarde et il la voit. Après tout, peut être le grand amour ne peut il naître que d’une implacable haine?

 

 

 

Thomas

 


 

 

Des lapins s'accouplent dans un champ

Une famille part en voyage avec sa voiture

Un homme avec des habits troués marche

Il y a cette question du centre

De la barba-papa fond dans sa bouche

En Italie, une petite fille est née

A l'école maternelle un petit garçon embrasse une petite fille

Au loin quelqu'un crie : Tais-toi je n'en peux plus, tais-toi

 

Boum

Boum

 

En Aveyron des fromages pourissent dans des caves

Des personnes oublient à cause de l'alzheimer

Il y a toujours cette question du centre

Parmi des muets certains n'ont jamais parlé

Des femmes hurlent qu'elles seront toujours libres

D'autres questions se superposent à celle du centre

La question du centre veut une réponse

Pour la recette du gâteau au chocolat, le chocolat, les oeufs et la farine sont nécessaires

 

Boum

Boum

 

Mathilde

 

 


 

La mode

est un monde

sans haine

 

 

Cupcakes.jpg

 

Supprimer,

c'est un délice.

Déprimer,

c'est un supplice.

 

 

 

Source

 

Florence

 

 


 

 

46.jpg

________________________________________________________________________________________________

 

La rentrée annonce déjà ses couleurs : le noir domine et embrume de façon perpétuelle l'humeur des élèves. Ce jour devait, et il est arrivé. Durement. La sensation de se dire que demain serra aussi long qu'aujourd'hui enfonce. Le professeur de littérature annonce officiellement qu'une grève bloquera le lycée pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Mais non, elle me répète, inlassablement, brisant tout mes rêves, ça n'arrivera pas, ça n'arrivera jamais !

 

46-copie-1.jpg

 

Nicolas

 


 

COMPTINE

 

Ouïlle ! Ouïlle, ouîlle ! 

La Houille...

Ouïlle ! Ouïlle, ouîlle ! 

La Houille...

Il essaye d'éviter de tomber sur une houille, et de ne pas crier Ouïlle ! 

Il veut éviter de tomber sur une houille, pour ne pas hurler Ouïlle ! 

C'est fait, c'est bien fait.

 

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! 

Ouïlle ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille !

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille !

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille !

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille !

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! 

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! 

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille !

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! 

Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille ! Ouille !

C'est lui. 

 

Julie

 

 


 

Une jeune fille ne se réveille pas 

Une classe de primaire part pour la bibliothèque 

Plus de place à bord, la question du centre se pose

Peut-être, peut-être pas

 

Pauline

 

 


 

 

SEEK- SICK- SICKING SOMETHING ELSE.

 

 

Froid. Gris. Etincelle

Lost on the way, lost pour jamais.

Se détacher, quand je suis trop restée.

Accrochée.

Où es-tu ? Que fais-tu ? 

 

Jaune soleil, jaune prunelle. Comme tes yeux. Les yeux des autres.

Ils brillent les autres, je le sais. Mais mes mirettes sont noires.

Noir et désespoir.

 

Vivre. Vivre jaune. Essai de vivre envie de rire.

Essai de rire envie de vivre.

Espérer le bonheur qui refrappe

A la porte il y a ta grand-mère qui fait du vélo.

 

Le manque est quelque chose d'absurbe.

 

 

                       Anna-Keraliou.jpg

                      

 

Margaux

 

 


 

Suis-je en train de rêver ? Je suis sur le point de tomber. Vais-je me rattraper ? Le vide nous appelle, la chute peut être éternelle mais la blessure est superficielle. Une dernière fois, regarde le ciel. Lance toi avec moi, laisse toi tomber et vois, fais abstraction de ce que tu crois. Le temps échappe à notre contrôle, la rechute n'est pas loi.

C'est ma peur primaire.

 

Justine

 

 


 

 

La possibilité d'un jour pouvoir épuiser i-voix. Mais comment, pourquoi ?

 

Hadrien

 

 

 

Commenter cet article