Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Léa KC

Bandeau-Gargantua-Magazinefrancois_rabelais_1494_1553_illustration.jpg

Rencontre avec le grand humaniste François Rabelais.

Aujourd'hui, dans Gargantua Magazine, nous accueillons l'auteur de l'oeuvre qui a inspiré notre magazine. 

 

Journaliste : Pourriez - vous commencer par vous présenter à nos fidèles lecteurs ? 

 

Rabelais : Mon histoire commence lorsque je naquis à Chinon ou bien peut - être à la métairie de la Devinière, rien n'est très sûr quant à mon lieu de naissance. Ma date de naissance n'est point sûre non plus d'ailleurs, je crois être né entre 1483 et 1494, mais je n'en suis absolument pas sûr moi même, étrange me diriez-vous, mais mes parents n'ont pas su m'en dire plus... Venons en à mes parents ! Mon père était un grand avocat de Chinon, il était renommé dans cette petite contrée. Dans ma vie, j'ai été moine, qui m'a été très utile pour ma culture et qui m'a fait comprendre que l'humanisme est ma vie. J'ai aussi été médécin, mais je pense que je suis avant tout un écrivain, et j'essaie de faire passer mes messages du mieux que je peux. 

 

Journaliste : Pourrait-on savoir ce qui vous a poussé à écrire une oeuvre comme Gargantua ? Je pense que nos lecteurs seraient très heureux de l'apprendre ! 

 

Rabelais : Bien sûr, c'est avec plaisir que je leur livrerai tous mes secrets ! Pantagruel a eu du succès, et je voulais donc continuer à faire passer mes idées de la même façon que mon premier roman, j'ai donc décidé de remonter dans le temps et de raconter l'histoire du cher Gargantua.

 

Journaliste : Je vois, et qu'avez - vous voulu dénoncer à travers cette oeuvre ?

 

Rabelais : Je ne peux résister à la tentation de répondre à cette question, même si les conséquences seront sûrement grandes..  J'ai tout d'abord voulu évidemment dénoncer La Sorbonne, j'ai d'ailleurs été puni pour cela, mais je ne regrette même pas une seule seconde d'avoir fait le choix de les critiquer. Beaucoup ont aussi pu voir les allusions répétitives que j'ai faites quant à Charles Quint. Et pour finir j'ai voulu dénoncer  la religion ainsi que les superstitions idiotes dont beaucoup sont victimes. Je savais que je prenais en risque en dénonçant toutes ces choses, mais si je ne le faisais pas je ne pense même pas que j'aurai écrit ce livre..

 

Journaliste : Après toutes ces choses négatives, dites nous ce que en revanche vous avez voulu célébrer à travers votre oeuvre ? 

 

Rabelais : En écrivant Gargantua, j'ai voulu faire passer quelques unes des idées qui me tiennent à coeur. En effet, j'ai désiré rendre en quelque sorte un certain hommage à notre bon roi François 1er. J'ai voulu montrer à mes contemporains Ô combien l'éducation et le savoir sont importants on peut d'ailleurs voir dans le chapitre 23 ma vision de l'éducation. Je veux faire passer mes idées Humanistes, je veux que mes lecteurs en lisant se posent des questions sur l'homme et sur leur place dans le monde, je veux que mon livre fasse réfléchir, et que les gens y pensent encore longtemps après l'avoir terminé. 

 

Journaliste : Nous avons interrogé nos lecteurs, et ils ont particulièrement voulu savoir ce que vous vouliez nous dire à travers l'épisode du chapitre 32 lorsque Grandgousier essaie à tout prix d'éviter le conflit avec Picrochole, pouvez - vous les éclairer ?

 

Rabelais : C'est avec grand plaisir que je leur expliquerai. J'ai donc tout d'abord voulu montrer que Grandgousier est prêt à faire toutes les concessions possibles afin d'éviter le conflit alors que Picrochole ne réfléchit pas et veut juste faire des conquêtes, on peut donc voir dans ce chapitre, la ressemblance avec Charles Quint. 

Mais aussi dans cet épisode, je voulais aussi montrer qu'il faut savoir faire des compromis, et ne pas chercher à avoir toujours raison sans écouter les gens qui ne sont pas du même avis que nous, afin que peut-être certaines personnes se reconnaissent et puissent réfléchir à eux- même. 

 

Journaliste : Merci. Nous avons remarqué beaucoup d'humour dans votre oeuvre, ce qui nous amène à la question suivant, le rire est - il pour vous une arme efficace ? 

 

Rabelais : Je pense en effet que le rire est efficace pour que les gens acceptent mieux ce que je veux leur montrer, pour donner une dimension moins tragique à mes idées, et que je trouve important que les gens rient et prennent plaisir à lire mes oeuvres.

 

Journaliste : Et pour finir, quels sont vos projets futurs ? 

 

Rabelais : Je commence à me lancer dans l'écriture de la suite des aventures de Pantagruel, une oeuvre qui sera d'abord composée de 11 chapitres, ce livre s'intitulera le Tiers livre, j'espère que mes écrits plairont à mes lecteurs et je les remercie pour le succès que Gargantua a eu, je ne m'attendais pas à un tel engouement.

 

Journaliste : Merci à vous de nous avoir accordé un peu de votre précieux temps. Je vous souhaite une bonne continuation et un grand succès pour vos prochains ouvrages.

 

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article