Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Lucie

Mon chéri,

tiens bon ! La visite d'aujourd'hui m'a rendue un peu triste, je ne pouvais même pas te toucher. Cela m'a rappelé nos bains de mer, et la liberté d'alors. Ne t'en fais pas, ça reviendra. J'ai parlé à ton avocat, il avait l'air confiant. Quand tu sortira, on se mariera, je t'attends avec impatience... Soigne-toi bien en attendant, je veux que tu ne manques de rien. Si tu veux, je t'enverrai un panier comme celui que la femme d'aujourd'hui avait laissé à son mari. Qu'elle était drôle, celle-là ! J'ai revu Raymond, son ami Masson et sa femme. Nous avons parlé de toi, ils sont tous inquiets et Raymond a dit que c'était bien dommage que tu sois en prison alors que c'était à lui que l'Arabe en voulait. Nous allons tous témoigner à ton procès. J'ai peur qu'on ne se revoit pas d'ici là. La prison, c'est comme l'hôpital : ils ne permettent que des visites de la famille. J'espère que tu ne seras pas trop seul. Au procès, fais-moi un signe, je t'en prie. Ca me donnera du courage ! 

Je t'embrasse de tout mon coeur,

Marie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article