Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Yuna

 

La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont

 

 

      Si je vous écris aujourd'hui, c'est pour vous annoncer que mon mari, Monsieur de Merteuil, est décédé dans son sommeil cette nuit. Le pauvre homme ! quelle triste fin. Je pense que vous savez que le pauvre homme était atteint de la vérole, quelle horrible maladie, jamais je ne voudrais l'avoir. J'ai appris son décès alors que j'étais avec mon Amant, le comte de Gercourt, vous imaginez bien que j'étais très mal à l'aise car il me fallait un alibi pour expliquer pourquoi je n'étais pas auprès de mon défunt mari. Heureusement, mon cocher m'a toujours été dévoué ; je vous explique : je lui ai demandé de mentir pour moi, et comme je le soupçonne d'avoir toujours eu de l'admiration pour moi, il a immédiatement accepté. Je lui ai dit d'aller trouver ma femme de chambre pour lui dire que j'étais à l'Opéra ce soir-là ; comme je sais qu'elle se trouve dans l'incapacité de tenir sa langue, elle n'a pas pu s'empêcher d'aller le raconter à tout le monde ; me voilà donc sortie d'affaire !

        Ah ! Comme je suis bien malheureuse ! Son héritage elle la seule consolation que je puisse recevoir, heureusement, c'était un homme généreux. Cependant, je rencontre un léger problème : les membres de la famille de Monsieur de Merteuil ne sont guère attristés de la mort de celui-ci,  tout ce qu'ils veulent c'est l'héritage. Vous vous en doutez bien qu'il est hors de question que je laisse le moindre sous de mon époux à ces personnes là. J'ai donc, et je pense que vous le savez, que j'ai de nombreux projets pour eux, mais je vous expliquerais ça une autre fois, mon chagrin est bien trop immense et il m'empêche de continuer mon récit.

      Adieu Vicomte, venez le voir au plus vite, vos savoureuses conversations ne seraient pas de trop en ce moment.

 

  De... ce 5 janvier 17**.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article