Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Mari-wenn

   Les caprices de Marianne c'est une pièce d'Alfred de Musset, poète et dramaturge, une pièce de théatre tragi-comique ou les intrigues amoureuses, comme celles de Molière ou de Beaumarchais, se croisent et s'entrecroisent à travers les dialogues.
    Hélas, dans la belle Naples, le pauvre Coelio aime Marianne et voudrait plus que tout s'en faire aimer mais celle-ci reste fidèle à son mari Claudio. Alors commence les intrigues, les sentiments vont et viennent, d'autant que dés qu'il fait mine de loublier c'est au tour de Marianne de relancer san admirateur, par caprice sans doute ... Mais Coelio finit par demander l'aide de son cher ami Octave, celui-ci joue donc les messagers mais la jolie Marianne s'éprent de lui sans qu'il le veule. Et Claudio a des soupçons, il faut donc toujours ruser pour qu'il ne découvre rien et les malentendus de toutes sortes s'accumulent. La pièce finit en tragédie: Coelio se fait tuer par les hommes de Claudio, et avant de mourir il entend Marianne qui le met en garde en croyant qu'il s'agit d'Octave, il meurt donc convaincu d'avoir été trahis. A la dernière scène on voit Marianne et Octave devant la tombe de Coelio, celui-ci anéantis par sa mort rennonce au monde et repousse l'amour de Marianne l'assurant que c'était seulement Coelio qui l'aimait.
   Cette pièce est trés divertissante: nous aimons tous les amusants quiproquos de ces situations et les plans fait par les amants pour se retrouver. Néhanmoin ici Marianne est mariée et de toute façon elle n'aimera jamais Coelio, la fin de cette pièce est cruelle: l'amoureux meure, l'aimée ignore son amours et son ami perd le gout de vivre. Je ne sais trop s'il y a une morale à cette histoire mais Musset semble dire que si on fait trop de caprices quand il s'agit d'amour, on pourrait bien le perdre pour jamais.

Mari-wenn
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fred 20/01/2011 00:33


Bonne analyse mais cependant beaucoup trop de fautes d'orthographe !


mp 04/02/2010 22:42


le perdre pour jamais ou le perdre pour toujours
de toute maniére le perdre, c'est déja triste