Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Adèle

     Le spectacle s'ouvre sur un homme intègralement nu, si ce n'est les gants de cacoutchouc bleu qu'il porte (mais qu'il retirera par la la suite), qui se promène sur le plateau. Il récite un extrait de Comment jouer Les Bonnes, un texte que Genet lui-même a écrit en 1962, afin de taire les interprétations trop réalistes de sa pièce. Il présente alors ce que ce dernier attend des comédiens pour jouer la pièce, qui doivent "endosser des gestes et des accoutrements qui leur permettront de [le] montrer à [lui]-même, [le] montrer nu, dans la solitude et son allégresse".

 

     Cet homme hantera discrètement toute la pièce, comme pour renforcer le fait que le spectateur se sent dans la tête des bonnes, dans leur folie et leur enfermement. Il est la seule présence masculine du plateau : il apparaît comme une ombre dans ce monde hystérique, mené par des femmes complètement folles.

 

    On se demande ce que cet homme vient faire ici, à roder, jouer de la mandoline au fond de la scène, fumer... Peut-être représente-t-il le dramaturge, ou bien symbolise-t-il le fait que le théâtre, le jeu des acteurs est une mise à nu

 

« Je vais au théâtre afin de me voir, sur la scène (restitué en un seul personnage ou à l’aide d’un personnage multiple et sous forme de conte) tel que je ne saurais - ou n’oserais - me voir ou me rêver, et tel pourtant que je me sais être. »

 

     Dans tous les cas, je pense que ce personnage sert aussi à faire des signes discrets aux techniciens ou enclencher le déplacement électrique du décor. En effet, à plusieurs reprises je l'ai vu au fond de la scène, faire un geste discret du bras, de bas en haut, et quelques secondes plus tard la pluie de paillettes apparaissait.

 

Mis à part ce rôle "d'assistant", quel est la véritable raison de sa présence sur scène ?

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article