Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Margaux.S

Grand Corps Malade , midi 20

 

 Je suis né tôt ce matin , juste  avant que le soleil comprenne

Qu'il va falloir qu'il se lève et qu'il prenne son petit crème

 Je suis né tôt ce matin, entouré de plein de gens bien
Qui me regardent un peu chelou et qui m’appellent Fabien
Quand le soleil apparaît j’essaie de réaliser ce qu’il se passe
Je tente de comprendre le temps et j’analyse mon espace
Il est 7 heures du mat’ sur l’horloge de mon existence
Je regarde la petite aiguille et j’imagine son importance
Pas de temps à perdre ce matin, je commence par l’alphabet
Y’a plein de choses à apprendre si tu veux pas finir tebê
C’est sûr, je serais pas un génie mais ça va y’a pire
Sur les coups de 7 heures et demie j’ai appris à lire et à écrire
La journée commence bien, il fait beau et je suis content
Je reçois plein d’affection et je comprends que c’est important
Il est bientôt 9 heures et demie et j’aborde l’adolescence
En pleine forme, plein d’envie et juste ce qu’il faut d’insouciance
Je commence à me la raconter, j’ai plein de potes et je me sens fort
Je garde un peu de temps pour les meufs quand je suis pas en train de faire du sport
Emploi du temps bien rempli, et je suis à la bourre pour mes rencards
Putain la vie passe trop vite, il est déjà 11 heures moins le quart
Celui qui veut me viser, je lui conseille de changer de cible
Me toucher est impossible, à 11 heures je me sens invincible
Il fait chaud, tout me sourit, il manquait plus que je sois amoureux
C’est arrivé sans prévenir sur les coups d’11 heures moins 2
Mais tout à coup, alors que dans le ciel, y’avait pas un seul nuage
A éclaté au-dessus de moi un intolérable orage
Il est 11 heures 08 quand ma journée prend un virage
Pour le moins inattendu alors je tourne mais j’ai la rage
Je me suis pris un éclair comme un coup d’électricité
Je me suis relevé mais j’ai laissé un peu de mobilité
Mes tablettes de chocolat sont devenues de la marmelade
Je me suis fait à tout ça, appelez moi Grand Corps Malade
Cette fin de matinée est tout sauf une récréation
A 11 heures 20 je dois faire preuve d’une bonne dose d’adaptation
Je passe beaucoup moins de temps à me balader rue de la Rép’
Et j’apprends à remplir les papiers de la Cotorep
J’ai pas que des séquelles physiques, je vais pas faire le tho-my
Mais y’a des cicatrices plus profondes qu’une trachéotomie
J’ai eu de la chance je suis pas passé très loin de l’échec et mat
Mais j’avoue que j’ai encore souvent la nostalgie de 10 heures du mat’
A midi moins le quart, j'ai pris mon stylo bleu foncé
J'ai compris que lui et ma béquille pouvaient me faire avancer
J'ai posé des mots sur tout ce que j'avais dans le bide
J'ai posé des mots et j'ai fait plus que combler le vide
J'ai été bien accueilli dans le cercle des poètes du bitume
Et dans l'obscurité, j'avance au clair de ma plume
J'ai assommé ma pudeur, j'ai assumé mes ardeurs
Et j'ai slamé mes joies, mes peines, mes envies et mes erreurs
Il est midi 19 à l'heure où j'écris ce con d'texte
Je vous ai décrit ma matinée pour que vous sachiez le contexte
Car si la journée finit à minuit, il me reste quand même pas mal de temps
J'ai encore tout l'après-midi pour faire des trucs importants
C'est vrai que la vie est rarement un roman en 18 tomes
Toutes les bonnes choses ont une fin, on ne repousse pas l'ultimatum
Alors je vais profiter de tous les moments qui me séparent de la chute
Je vais croquer dans chaque instant, je ne dois pas perdre une minute
Il me reste tellement de choses à faire que j'en ai presque le vertige
Je voudrais être encore un enfant mais j'ai déjà 28 pijes
Alors je vais faire ce qu'il faut pour que mes espoirs ne restent pas vains
D'ailleurs je vous laisse, là c'est chaud, il est déjà midi 20.

 

 

Ce slam de Grand corps malade me fait penser au poème d'Arthur Rimbaud ; en effet ce poème qui peut être interprété de multiples façons pourrait être le passage de l'enfance à l'âge adulte avec le passage de l'aube à midi. Et dans son texte Grand corps malade résume sa vie jusqu'a midi 20.

 

 

Voici quelques similitudes avec le poème de Rimbaud

 

  •  Le slam de Grand corps malade commence tôt le matin avant que le soleil se lève , le poème de Rimbaud commence à l'aube, rien ne bouge tout est calme : ces de textes commencent bien au même moment .
  • Dans son texte , Grand corps malade évoque son enfance : a 7h30 il a appris à lire et à écrire , il est content , a 9h30 il est adolescent , il a des projets et est toujours insouciant. Dans le poème de Rimbaud , l'enfance est également évoquée par le compte de fée car seul un enfant peut avoir un imaginaire qui lui permet de voir dans le monde des éléments issus de contes de fées : "déesse" , "argentée" , "une fleur qui me dit son nom" : cette fleur qui parle semble sortir d'Alice au pays des merveilles ; de plus , seul un enfant peut jouer ainsi : "en agitant les bras" , "je ris"
  • Dans son texte , Grand corps malade évoque l'amour : il tombe amoureux à 11h moins 2 , Rimbaud l'évoque également dans son poème ; en effet , si nous faisons une autre interprétation , nous pouvons voir que ce poème est le récit d'une première expérience amoureuse : "fuyait" , "courant" → une course poursuite amoureuse qui exprime le désir , le désir de nudité plus précisément : "je levai un a un les voiles" et "j'ai senti son immense corps"
  • cette phrase : "Toutes les bonnes choses ont une fin, on ne repousse pas l'ultimatum" résume bien la chute du poème de Rimbaud , car la dernière phrase "Au réveil il était midi" avec sa sécheresse et sa brutalité montre la fin de l'enfance , de l'amour , du merveilleux , de la poésie , du bonheur.

 

→ La seule différence flagrante entre ces deux textes est que celui de Rimbaud se termine à midi et celui de Grand corps malade à midi 20 . De plus dans le poème de Rimbaud l'amour a fait grandir l'enfant , en revanche ce qui a fait gagner grand corps malade en maturité c'est en partie sa maladie ,et , peu après il commence a écrire. Enfin dans "l'aube" c'est le passage de l'enfance à l'âge adulte alors qu'à la fin de son texte Grand corps malade a déjà "28 pijes"

 

 Rimbaud , Aube


J'ai embrassé l'aube d'été.


Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombre ne  quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.


La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.


Je ris au wasserfall blond qui s'échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.


Alors je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l'ai dénoncée au coq. A la grand'ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.


En haut de la route, près d'un bois de lauriers, je l'ai entourée avec ses voiles amassés, et j'ai senti un peu son immense corps. L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois.


Au réveil il était midi.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Margaux.S 11/12/2010 18:00



Merci beaucoup! J'ai pris plaisir à l'écrire! et oui tu as raison Florine! :)



Florine 10/12/2010 17:20



Ah oui, il est génial cet article !! Je ferais même un autre rapprochement avec l'étude sur le symbolisme d'hier... Le matin = l'enfance, le midi = l'âge adulte ! ^^



MLB 10/12/2010 16:37



Rapprochement original et sensible, justifié avec beaucoup de précision.



Joséphine 10/12/2010 11:24



Wouah!Quelle analyse!Je n'yaurais pas pensé mais je suis d'accord avec toi! ;)



Sarah 10/12/2010 00:28



Hé hé en voyant du Grand Corps Malade j'ai su que c'était de toi, je me suis souvenue de ton oral de français l'an dernier ^^ ! Tu as fait un rapprochement parfait, ton analyse était agréable à
lire en plus, alors franchement bravo et merci de l'avoir écrit =)