Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Ophélie - Agathe

 

Groupement de textes :

 

L'Italie, berceau de l'humanisme européen


http://www.memo.fr/Media/Carte_Humanisme_Renaissance.gif

L'Humanisme et la Renaissance en Europe 
Carte Alain Houot


BOCCACE : Le Décaméron (1353)

" C'est dans la joie qu'il nous faut vivre, aussi bien c'est la seule raison qui nous ait fait fuir les tristesses de la ville... "

 

 

1) Présentation du texte


a – Dans l'histoire littéraire

Jean Boccace est un écrivain italien né en 1313 à Certaldo en Italie et mort en 1375 dans sa ville natale. Fils de banquier, il a une grande connaissance de toute les classes sociales à cette époque grâce à son grand sens de l'observation, ce qui lui a permis de retranscrire tout ce savoir dans ses œuvres.

L'œuvre de Dante a influencé toute sa vie. Aperçu comme l'un des précurseurs du mouvement humaniste, Boccace, grâce à son chef-d'œuvre Le Décameron, devient un des premiers auteurs italiens.


b – Dans l'œuvre

Il est l'auteur du Décaméron, un recueil de cent nouvelles placées sous le signe de l'amour naturel. Il raconte l'histoire de dix jeunes nobles florentins qui décident de fuir la peste qui ravage leur ville natale et de se réfugier à la campagne pour créer leur propre société afin de retrouver une vie agréable. L'extrait que nous allons vous présenter montre l'organisation de leur société.


2- Lecture du texte

 


3- Introduction

Problématique : En quoi peut-on qualifier l'œuvre de Boccace comme une œuvre humaniste?


Plan : Comment cette société est-elle organisée?

Quelle est la vision du monde de ces jeunes florentins?

Peut-on comparer leur société à celle de l'abbaye de Thélème?


 

4- Examen méthodique

 

I- L'organisation de la société


A- L'utopie


Dans cet extrait, on retrouve particulièrement la présence de l'utopie, c'est le moteur de leur mode de vie.

  • Ces jeunes nobles florentins rêvent de vivre dans la joie et ont quitté Florence car elle était plongée dans la tristesse suite à une épidémie.

--> champ lexical du bonheur : « joie » (ligne 1) « belle liesse » (ligne 6) « gaieté » (ligne 9) « plaisir » (ligne 10)

Ces mots illustrent le mot d'ordre de leur société.

  • Le pouvoir du principal est vu comme un honneur : « que chacun se voie attribuer pendant un jour ce poids et cet honneur » (ligne 12)

  • L'utopie est présente à chaque endroit du texte, car leur société est une utopie à par entière, c'est leur vœux de vivre en paix qui se réalise.

B- L'autorité


Boccace nous prouve à travers ce texte que l'autorité peut cohabiter avec l'utopie. En effet, les jeunes florentins sont réalistes et se rendent compte que sans règles, l'ordre ne pourrait pas se maintenir dans la société. Ils ne voient pas cette autorité comme une contrainte mais plutôt comme un avantage, car ils la créés eux-mêmes.

--> champ lexical du pouvoir : « règles » (ligne 3) « initiative » (ligne 4) « principal » (ligne 7) « obéirons » (ligne 7) « supérieur » (ligne 8) « devoir » (ligne 8) « supériorité » (ligne 10) « seigneurie » (ligne 13) « ordonner » (ligne 14)

L'utopie est présente tout au long du texte mais pourtant c'est le champ lexical de l'autorité qui domine.

--> des antithèses qui donnent un rythme binaire au texte : « le plaisir de cette supériorité » (ligne 10) supériorité / honneur

 

  • Ils choisissent un principal et pour une journée il sera leur chef, c'est lui qui choisira la manière dont ils vivront cette journée. Mais le but de chacun reste le même : faire vivre sa société dans le bonheur.

II- Leur vision du monde


A- L'optimisme

  • leur société est idéale, le village dans lequel ils se sont installé leur paraît idéal

  • Ils pensent que c'est à l'homme de s'adapter et que chacun doit trouver sa place dans ce monde

  • Leurs seuls ennemis sont la tristesse : « fuir les tristesses de la ville » , et l'ennui, le principal a aussi pour rôle d'occuper ses amis : « son unique souci, son unique devoir, sera de nous disposer à vivre en gaité »

Boccace nous montre ici que leur vision du monde n'est que perfection, à aucun moment l'argent n'est évoqué, on ne parle pas des problèmes. Ils aspirent seulement au bonheur.


B- La foi en l'homme


La foi en l'homme est une autre des caractéristiques présente dans l'humanisme. Boccace croit en la nature humaine et le montre dans cet extrait plus particulièrement de la ligne 7 à 9.

  • Ces jeunes florentins ne doutent pas en leur capacité à élire et à respecter un principal

  • Le supérieur, pour la journée, prend en charge le bonheur de sa société : «  son unique souci, son unique devoir, sera de nous disposer à vivre en gaité »

  • Ils ne voient aucun problème à suivre les ordres du principal : « nous lui obéirons comme à un supérieur »

  • Ce petit groupe pense se suffire à lui même : Ils choisissent chaque jour un nouveau chef, mais toujours entre eux.

 

III- Comparaison entre leur société et l'abbaye de Thélème


La seule règle présente à Thélème « Fais ce que voudras » pourrait s'appliquer à la petite société installée à la campagne. Même si la présence d'une forme d'autorité rend moins extrême cette confiance donnée en l'être humain.


Points communs :

-à Thélème comme dans leur société, le but est de fuir la réalité pour vivre dans un espace confiné : « petite société à la campagne » «  s'égayer mutuellement en contant des nouvelles » --> importance de l'instruction et de la culture

  • Même aspiration au bonheur

  • Même croyance en la nature humaine

Différences :

Dans cet extrait il n'y a aucune allusion à la religion / Thélème est avant tout une abbaye

 

On peut alors penser que Rabelais pour écrire le chapitre sur Thélème à pris pour modèle l'œuvre de Boccace. 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/25/Boccaccio01.jpgStatue de Boccace du Piazzale des Offices à Florence


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article