Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Maxime

Présentation:

L’auteur : Emile ZOLA, fondateur du mouvement naturaliste, s’appuie sur la science et les études sociologiques pour décrire la réalité. Il fut influencé par les recherches du docteur Lucas sur les lois de l’hérédité et la physiologie des passions.La Bête humaine est un roman d'Émile Zola publié en 1890, le dix-septième volume de la série Les Rougon-Macquart.


Résumé:

Le roman nous mène d’un crime à un autre : celui de Grandmorin, président d’une compagnie de chemins de fer, par Roubaud,sous-chef de la gare du Havre, à celui de son épouse Séverine, par le mécanicien de locomotive Jacques Lantier. Le premier crimes’explique par la jalousie de Roubaud qui a découvert que Grandmorin a été l’amant de sa femme. Il assassine donc Grandmorin dans le train Paris-Le Havre à coups de couteau. Mais Jacques a la vision hallucinante du crime alors qu’il se trouve à la campagnesur le bord de la voie, à la Croix-de-Maufras, lieu où Zola concentre tous les événements dramatiques du roman. Grandmorin appartenant à la classe dirigeante, la justice étouffe l’affaire. Au fil des allers et retours entre Paris et Le Havre, Jacques fréquente deplus en plus Roubaud et Séverine. Jacques devient l’amant de Séverine tandis que Roubaud s’endette au jeu. Un chapitre entier estconsacré au difficile retour de l’express Le Havre-Paris, piloté par Jacques, dans une tempête de neige où la locomotive La Lison finit par s’enliser.
De retour à Paris au chapitre 8, Jacques apprend par Séverine le comportement violent de Roubaud et les détails du meurtre de Grandmorin qu’ils ont perpétré. Roubaud faisant obstacle au bonheur de Séverine, celle-ci incite Jacques à le tuer. Une tentative nocturne échoue. Au chapitre 10, Flore Misard, fille des gardes-barrières de la Croix-de-Maufras, amoureuse de Jacques et jalouse, provoque avec une charrette de pierres le déraillement du train Le Havre-Paris que conduit Jacques. Le moment est d’une exceptionnelle intensité dramatique : Jacques est dégagé, mais La Lison, « souillée de terre et de bave, vautrée sur le dos dans une mare noire de charbon, avait la fin tragique d’une bête de luxe qu’un accident foudroie en pleine rue ». « La géante éventrée » est morte. Jacques reconnaît Flore comme l’auteur du déraillement. Voyant que cet acte n’a servi à rien puisque Séverine est sauve, Flore met fin à ses jours en se jetant sous un train dans le tunnel voisin. Amoureuse de Jacques, Séverine le pousse toujours à assassiner Roubaud. Elle a en fait réveillé les pulsions meurtrières de Jacques par le récit du meurtre de Grandmorin, et c’est elle qui en devient victime, puisque Jacques la poignarde. On recherche le coupable du meurtre : Roubaud et Cabuche, un vagabond amoureux de Séverine qui a découvert le cadavre, sont arrêtés et condamnés… Jacques échappe à la justice et à Pecqueux qui fait régulièrement le trajet Paris-Le Havre. Le roman finit par une bagarre tragique des deux hommes qui roulent sur la voie tandis que le convoi, chargé de soldats partant pour la guerre de 1870, poursuit sa route infernale.

Avis:

Objet d'étude l'année dernière en classe, j'ai décidé de le relire. J'ai beaucoup apprécié malgrés le pavé que le roman représente. Armée de ma lecture analytique de l'année passée, j'ai trouvé trés interessant de relire les passages étudiés car je m'apercevais vraiment de tout le travail stylistique de l'oeuvre de Zola. Tous les petits sens cachés que j'ai pu redécouvrir donc autour de ce chef-d'oeuvre que je recommande vivement à tout le monde.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mathieu 19/01/2010 11:07


Ce roman est magnifique !


Juliette 18/01/2010 19:43


J'ai eu du mal a m'y mettre j'avoue. Mais au fil de l'histoire, on plonge dans le récit et là ! C'est superbe même si ce n'est pas mon genre de livre préféré !