Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par julia

Je me souviens de Georges Perec
  
Présentation de l’auteur

Georges Perec (1936-1982) naît à Paris, le 7 mars 1936, de parents juifs polonais émigrés une dizaine d’années auparavant . Il fait ses études à Paris, au lycée Claude Bernard et au lycée Henri IV . Étudiant en lettres et en sociologie, il fréquente la faculté de lettres de Paris et celle de Tunis . Perec est très tôt animé par le désir d’écrire . 
Dès 1955, il rédige des notes pour les Nouvelles de la NRF et pour les Lettres nouvelles . De 1961 à 1978, il occupe un poste de documentaliste en neurophysiologie au CNRS, puis commence à écrire . Georges Perec est passionné par les questions de technique littéraire . Le succès arrive très vite à son premier ouvrage, Les Choses . Il obtient le prix Renaudot en 1965 . Adepte de la contrainte, mais également homme rationnel, il écrit en 1969, La Disparition, un livre sans la voyelle « e », puis en 1972, Les Revenentes, où la seule voyelle est le « e » . Ces recherches, exigeantes d’invention et de rigueur, trouvent un milieu extraordinairement propice dans l’Oulipo* où il entre en 1970 . Cinq ans plus tard, il publie W ou le Souvenir d’enfance, mais son œuvre la plus vaste, qui résume toutes ses exploitations littéraires est La Vie mode d’emploi, pour laquelle il reçoit le prix Médicis en 1978 . C’est le fruit de huit années de travail . Cet ouvrage est dédié à Raymond Queneau . En 1976, l’hebdomadaire Le Point lui confie une chronique de mots croisés . Mais cette vie, consacrée tout entière à l’écriture, s’achève brutalement, le 3 mars 1982 à l’hôpital Charles–Foix à Ivry où il succombe à un cancer .

OULIPO " Ouvroir de littérature potentielle ", est un groupe de recherche en littérature expérimentale fondé en 1960 par Raymond Queneau et François Le Lionnais (1901-1984) Il s’agit d’appliquer à la littérature la rigueur et les techniques des mathématiques . L’objectif de cette recherche est d’inventer de nouvelles règles de composition poétique . 

Présentation du livre

Je me souviens est un livre de Georges Perec publié en 1978 aux éditions Hachette . C’est un recueil de bribes de souvenirs rassemblés entre janvier 1973 et juin 1977. L’idée et la forme éclatée de cette œuvre ont été inspirées à Georges Perec par le I remember (Je me souviens) de Joe Brainard, qui en publia les premiers fragments en 1970  Les souvenirs égrenés dans le livre de Perec commencent tous par "Je me souviens" et sont numérotés, de 1  à  480 . Courts, de quelques mots à quelques lignes, ces fragments mêlent tous les thèmes, cinéma, objets quotidiens, actualités, souvenirs de famille, d’école, littérature ...
Thèmes abordés : Parmi les 480 souvenirs du livre, beaucoup portent sur Paris et ses lieux changés ou disparus, et particulièrement sur le métro. On trouve aussi des évocations de marques commerciales et de slogans publicitaires. Le cinéma, les chanteurs et plus largement les spectacles sont également un thème récurrent .

Mon avis

Ce livre est d’un genre complètement différent de mes lectures habituelles proposé par ma marraine, passionnée de littérature . Pourtant j’ai bien aimé ce livre parce qu’il relate des petits morceaux du quotidien, il parle de choses que tous les gens d’un même âge ont vues, ont vécues, ont partagées, et qui ensuite ont été oubliées . On pourrait penser que ces choses ne valent pas la peine de figurer dans un livre pourtant, notre vie est faite de tous ces choses . Une pub, une chanson, une image dont on se souvient et qui est liée à un instant de notre vie, qui aurait pu paraitre insignifiante provoque malgré tout une légère nostalgie .
J’aime aussi le style simple et direct de l’auteur . L'anaphore est importante, elle vous envoute, le texte vous entre dans la tête, vous berce et vous plonge dans un univers particulier . 


Quelques extraits

• Je me souviens d'un fromage qui s'appelait "la Vache sérieuse" ("la Vache qui rit" lui a fait un procès et l'a gagné) .

• Je me souviens quand on revenait de vacances, le premier septembre, et qu'il y avait encore un mois entier sans école .

• Je me souviens que Johnny Halliday est passé en vedette américaine à Bobino avant Raymond Devos ( Je crois même avoir dit quelque chose du genre de : " si ce type fait une carrière, je veux bien être pendu ... " )

• Je me souviens que dans le Livre de la jungle, Bagheera est la panthère, Mowgli le petit homme, et les Bandar-logs les singes ( Mais comment s'appellent l'ours et le serpent ? )

• Je me souviens de : 
- Quel différence y a t'il entre la tour Eiffel, ta chemise et ma famille ? 
- ?
- La tour Eiffel est colossale et ta chemise est sale au col !
- ? Et ta famille ?
- Elle va très bien merci .

• Je me souviens des combles . 
- Quel est le comble de la peur ?
- c'est reculer devant une pendule qui avance .
- Quel est le comble pour un coiffeur ?
- c'est friser le ridicule et raser les murs .
 
• Je me souviens quand j'attendais que la cloche sonne la fin de la classe . 

• Je me souviens de : j'en ai marre, marre a bout, bout de ficelle, selle de cheval, cheval de course, course à pied, pied à terre, terre de feu, feu follet, lait de vache, vache de ferme, ferme ta gueule, ect ...

• Je me souviens de : 
" Petit Papa c'est aujourd'hui ta fête 
Maman m'a dit que tu n'étais pas là .
J'avais des fleurs pour couronner ta tête..."
( j'ai oublié la suite ) .

• Je me souviens de " Prosper youp-la-boum " .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

François 19/01/2010 10:28


et L'ours c'est Balou!


Balou 06/01/2016 18:56

Oui Mdr