Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par constance


L'écume des jours de Boris Vian:


l-ecume-des-jours couv[1]


Présentation

Boris Vian est un écrivain français, poète, parolier, chanteur, critique et musicien de jazz, né le 10 mars 1920 et mort le 23 juin 1959 à Paris. Il fut aussi ingénieur de l'École centrale, inventeur, scénariste, traducteur (anglo-américain), conférencier, acteur d'occasion et peintre.
L'écume des jours est un roman de Boris Vian publié en 1947 dont le mouvement littéraire est le surréalisme.


Résumé:


Chick , ingénieur et collectionneur, est invité à déjeuner chez son ami Colin. Il lui avoue son attirance pour Alise, la cousine de Nicolas (le cuisinier de Colin) , qu'il a rencontrée lors d'une conférence de Jean-Sol Partre. Colin, jaloux, désire lui aussi connaître une fille, et tombe amoureux de Chloé lors d'une fête. Il se marie avec elle et donne une partie de son argent à Chick pour qu'il épouse Alise. Chloé tombe malade : elle a un nénuphar qui pousse dans son poumon. Pour la guérir, colin lui achète des fleurs et doit chercher un travail . Entre Alise et Chick rien ne va plus, il aime plus Jean Sol Partre qu'elle. Elle va donc tuer le philosophe et brûler les librairies à côté de chez elle , mais elle meurt dans les flammes. Pendant ce temps, la police tue Chick parce qu'il ne paye pas ses impôts. Chloé meurt et Colin est ruiné .

 



Avis :
 

J'ai beaucoup aimé ce livre car on nous parle d'une histoire d'amour banale, mais la façon dont l'auteur nous la raconte, on se croit parti dans un autre monde , comme dans un rêve (mourir à cause d'un nénuphar qui se développe a l'intérieur de nos poumons, pêcher des anguilles dans un lavabo, n'est possible que dans notre imagination). Le côté surréaliste m'a beaucoup plu. J'ai bien aimé le thème de l'amour qui est en union avec le thème de la mort, Boris Vian a peut-être voulu nous montrer que  l'amour ne dure pas, qu'il n'est qu'illusion mais par ailleurs il suggère aussi qu'on peut tuer par passion. Le contraste entre le début du roman qui connote le bonheur et la fin du roman qui connote le malheur est frappant. Par contre, le style de l'auteur m'a un peu lassé au début, toutes les descriptions en détails m'ont un peu ennuyée même si ce procédé rend le roman plus réaliste.

 

 

                                                                                                                                          source : http://livres.ados.fr/Boris-Vian.html
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Laure 18/06/2017 11:16

Boris Vian n'est pas surréaliste,son style s'en approche mais on ne peut pas le qualifier comme tel.

Juliette 18/01/2010 17:53


Personnellement, je n'ai pas accroché et ai abandonné dans les premiers chapitres ... Mais je pense qu'une deuxième lecture ne me fera pas de mal :)