Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Cécile

Le-Papalagui-2011.jpg

Source couverture originale

 

 

 Le Papalagui a été publié en 1920. Erich Scheurmann, l’auteur, prétend avoir recueilli les discours que Touiavii, chef de tribu d’une île Samoa, aurait tenus au retour d’un voyage en Europe pour décrire aux siens les mœurs du « Papalagui », c’est-à dire l’homme blanc. Fidèle au principe du regard décalé qu'utilisait par exemple Montesquieu dans ses Lettres persanes au 18ème siècle, Eric Scheurmann mène à travers les paroles d'un "bon sauvage" la critique de la civilisation occidentale. Des extraits sont à lire ici.

 

Les lycéens d'i-voix vous proposent leur version modernisée de cette oeuvre : Le Papalagui 2011 ...

 

 

http://aulas.pierre.free.fr/img/chr_ext_2008_papalagui.gif

  Source image

 

 

 

 

La seconde tête, le grand œil rond et le tambour magique

 

            Frères pleins de bon sens, ouvrez grand vos oreilles car ce que je vais vous raconter relève de la magie que seul le Papalagui est capable de maîtriser. Laissez-moi vous expliquer : comme je vous l’avais dit, le Papalagui a un grand besoin de savoir, il veut tout connaître mieux que tout le monde, il apprend donc beaucoup, mais il s’est aperçu bien vite que son crâne était trop petit pour contenir autant de choses. Il a donc créé une seconde tête, dans laquelle il peut mettre toutes ses idées. Je pense que le Papalagui s’est trompé en voulant imiter une tête d’homme : la seconde tête est composée de deux carrés que l’homme blanc appelle « l’écran » et le « clavier ». L’écran relève de l’Aïtou, car c’est un miroir qui te montre ce que tu veux voir, mais jamais tu ne pourras toucher ni sentir ; tout ce qui est dans la seconde tête reste à jamais emprisonné derrière le rideau de verre. Je vais vous parler du clavier. Le clavier est un tambour magique sur lequel le Papalagui frappe avec ses doigts pour communiquer avec sa seconde tête. Le tambour magique est composé de plein de petits cubes avec dessus des inscriptions en langage de Papalagui. Pour s’assurer que sa seconde tête lui obéit, l’homme blanc a inventé un petit animal qu’il appelle «la souris». Cet animal tient dans la paume d’une main d’homme, la souris a le cerveau d’un sorcier, qui commande la deuxième tête à distance.

 

            Le Papalagui a ensuite ressenti le besoin de partager son intelligence avec ses semblables. Comme vous la savez, notre seul puits de science est le sage vénéré mais il peut avoir ses humeurs et ne répond pas toujours à nos questions, la Papalagui a aussi son propre sage, il s’appelle « Google » et celui-ci répond toujours fidèlement aux questions de l’homme blanc : son savoir est infini si bien que le Papalagui peut devenir esclave du grand sage Google. Mais attention, Google est aussi un esprit espiègle et il ne faut pas croire toujours tout ce qu’il dit, car il faut savoir que le savoir de Google est alimenté par le savoir de tous les Papalaguis.

 

            La magie de la seconde tête ne s’arrête pas seulement au grand sage Google, l’homme blanc à plusieurs divinités qui ont chacune un pouvoir différent. Comme vous le savez, lorsque nous avons besoin de prendre des nouvelles de nos amis sur l’ile de Savaii, nous devons prendre la pirogue et naviguer plusieurs jours à la force de nos bras et parfois au péril de nos vies. C’est pour cela que nos visites sont rares  et qu’on est triste de ne pas voir plus souvent grandir les enfants du Mt Silisili. Le Papalagui a bien de la chance, même loin, ses amis sont près de lui grâce à la seconde tête et aux divinités MSN, Facebook, et Skype.

 

            MSN est le plus ancien de tous, car il transmet rapidement la parole du Papalagui à un autre et peut même capturer l’image du Papalagui grâce au grand œil rond pour l’envoyer à son ami. Cela donne l’impression à l’homme blanc qu’il est réellement en train de parler à son ami, comme si celui-ci était face à lui. Le Papalagui a ensuite eu besoin que son ami lointain l’entende, et MSN a ensuite été détrôné par Skype, plus puissant que MSN qui fatiguait un peu quand la distance entre deux Papalaguis augmentait. Skype est infatigable, et la distance ne change rien à sa rapidité. Grâce à la magie de Skype, le Papalagui peut parler avec ses amis de tribus très éloignées grâce au tambour magique, au grand œil rond et sa voix. Skype est le plus souvent utilisé quand un Papalagui part dans une tribu très lointaine, qui ne parle pas la même langue que lui, comme moi qui suis en France, certains Papalaguis partent rencontrer d’autres hommes. 

 

            Mais le plus puissant et vénéré de tous s’appelle Facebook. Facebook a les mêmes pouvoirs que MSN et Skype, il permet donc aux Papalaguis de parler entre eux en direct, par les textes, l’image et la voix, mais il possède aussi d’autres pouvoirs étonnants. Le Papalagui peut utiliser Facebook grâce à son nom et son prénom. C’est le laissez-passer pour pouvoir entrer dans l’univers du Dieu Facebook. Une fois que Facebook autorise le Papalagui à l’utiliser, celui-ci se crée un monde où toutes les informations à savoir sur lui sont écrites : son nom, le nom de sa tribu, le langage qu’il utilise, s’il est un homme ou une femme. Le Papalagui peut même y inscrire la musique ou la nourriture qu’il aime. Aussi le Papalagui ne peut qu’  « aimer » sur Facebook. C’est bien car dans la case du conseil dans notre chère tribu, tout le monde peut donner son avis. Trop de mots, c’est fatiguant pour l’esprit. Le Papalagui n’est plus capable de se contenter d’écouter le bruit des vagues, ou du vent dans les arbres.

 

            Moi, Touiavii, chef de la tribu des Samoans, je préfère vivre à ma façon plutôt que adopter le mode de vie à deux têtes du Papalagui. Je préfère monter dans ma pirogue, et m’armer de patience, car à force de tout savoir et de trop parler, les hommes ne voient plus ce qu’il y a tout à côté d’eux, ils s’enferment dans les images que lui projette la deuxième tête.

 

            La deuxième tête est bien pratique mais il ne faut pas qu’elle prenne trop de place par rapport à ce qu’on a tout près de soi, car n’oublions pas que la seconde tête n’a pas de cœur.

 

 

http://prix-immobilier.info/wordpress/wp-content/uploads/2011/02/GoogleChrome.jpghttp://www.pratique.fr/sites/default/files/articles/msn-live-messenger.jpghttp://www.gizmodo.fr/wp-content/uploads/2011/07/Facebook.png

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article