Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Nicolas

Lors de la représentation, un détail (ou peut-être pas) a retenu mon attention au début et à la fin de la pièce : la poignée de main des deux familles.

 

Dans la première scène, après un énième combat dévastateur, les deux familles rivales de Vérone refusent catégoriquement d'enterrer la hache de guerre entre les deux clans malgré l'intervention du Prince Escalus. Le doyen de l'un des deux camps (je ne me souviens plus lequel) tend sa main vers son adversaire et met ainsi sa fierté de côté afin d'instaurer une paix définitive dans la ville. Mais son rivale, furieux, refuse, se lève, et d'un pas pressé sors de la scène.

 

On retrouve cette même situation à la toute de fin de la dernière scène, lorsque Capulet et Montaigu pleurent la mort des jeunes amoureux et décident donc d'ériger une statue en leurs honneurs, cette poignée de main est renouvelé, mais cette fois, dans leurs malheur commun, le souhait d'une vie meilleure sans mort et sans souffrance est accepté des deux côté.

 

Comme quoi, Roméo et Juliette sont unis dans la mort, et leur famille dans le deuil.

 

Romeo.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article