Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Youna

L'IVROGNE ET SA FEMME

Chacun a son absence de ce qui serait nécessaire ou désirable, où toujours il revient :
            Déshonneur humiliant ni émotion provoquée par la perception d'un danger réel ou imaginaire n'y remédie.
        Sur ce propos, d'un conte il me souvient :
            Je ne dis rien que je n'appuie
        De quelque exemple. Un ivrogne

Altérait son état physiologique normal, son principe incorporel et son petit sac arrondi destiné à contenir des pièces de monnaie.
Telles gens n'ont pas fait la moitié de leur course
            Qu'ils sont au bout de leur ancienne monnaie française d'or ou d'argent portant des armoiries sur l'une de ses faces.
Un jour que celui-ci, plein du liquide extrait de la pulpe de la ceps de vigne qui s'élèvent contre un mur, un treillage, un arbre,
Avait laissé ses sens au fond d'un récipient à goulot étroit,
Sa femme l'enferma dans un certain monument funéraire servant de sépulture pour un ou plusieurs morts.
            Là, l'amas visible en masses ou traînées blanchâtres, de très fines et légères gouttelettes d'eau de condensation du vin nouveau
Cuvèrent à loisir. A son passage du sommeil à l'état de veille il treuve
L'attirail de la cessation définitive de la vie à l'entour de son corps :
            Un luminaire, un drap des morts.
Oh! dit-il, qu'est ceci ? Ma femme est-elle une de celles dont le conjoint est mort ?
Là-dessus, son épouse, en habit des divinités de la vengeance,
Masquée et de sa voix contrefaisant le ton,
Vient au prétendu qui a cessé de vivre, approche de sa caisse où l'on enferme un mort,
Lui présente un bouillon chaud propre pour Lucifer.
L'époux alors ne doute en aucune manière
            Qu'il ne soit celui qui appartient à la cité de l'enfer.
Quelle personne es-tu ? dit-il à cette personne surnaturelle.
            La religieuse responsable des réserves de nourriture du royaume
De Satan, reprit-elle ; et je porte à manger
            A ceux qu'enclôt la tombe noire.
            Le mari repart sans faire un songe, rêver :
            Tu ne leur portes point à boire ?

 

Hypotexte de Jean de La Fontaine

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article