Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

 

 

Blanc immaculé

 

 

 

 

 

   Matin du 26 Avril, 6H36 la journée commença normalement, même lever, même déjeuner, même gestes répétés, un début de journée des plus ordinaires vous dis-je. Retour de vacances avec en prime un bac blanc horreur du vacancier, répulsion des habitués du ptit dej devant la télé, non sans m’étonner la mauvaise humeur générale primait. La salle était oppressante et la décoration de celle-ci d’un orange douteux, soudain on entendit quelque chose de semblable : « rangez vos sacs, je ne veux rien entendre ! » c’était MC dans un élan d’autorité, surveillant provisoire aux réactions plutôt laconiques, au style décontracté à savoir pen chu décalé il se fondait tout à fait dans la masse au moment de la distribution des copies, succédant à son habitude les non-sens en cette heure matinale. Le sujet tombe première vague de réaction provenant des rangs du devant, l’heure passe… Puis changement de surveillant une femme à l’air hautain avec une assurance certaine s’empare de la chaise du chef, suivit d’un sujet et annonce un rictus flagrant, elle passa l’heure à corriger ses copies d’un air des plus méprisant. Lendemain 9H11 message très direct il est hospitalisé.

 

 

 

 

 

 

 

   Il habitait une commune de 450 habitants, au ménéum. Il était pour moi ma source de motivation, et me tenais toujours de doux messages, ce que je n’ai jamais trouvé auprès de mes parents imposant une distance et une retenue déconcertante et de par le passé m’auront laissé un sentiment implacable de grande honte, sûrement la plus grande p bourré, violent odeur immonde se dégageant, m battue marchant sur ses traces, je médicalement marquée comment se construire ? Géniteur ou parents ? Simple machines ou aimants ? Il était le seul qui s'occupait de moi après la tornade, me réconfortait avec du chocolat tablette Milka achetées par 5, planquées dans le troisième tiroir de la commode, niveau chaussettes. Il me pousseait à réussir mes études au mieux afin d'avoir une base solide, pour une fois, et m'en aller le plus rapidement, alors on grandit vite. Sa petite famille était sa joie et son plus grand bonheur. Je culpabilise de l’avoir laissé ces dernières années à cause de la bétise des adultes, pensant que la mort ce n'était que chez les autres. C’était un homme compréhensif qui vivait avec son temps, les blessures de la guerre auront jusqu'au bout laissé des traces, peut être était ce notre point commun. Un joli stylo plume qu’il m’a envoyé avec sa maigre retraite par chronoposte pour la rentrée en rapport avec le choix de me diriger vers les lettres, choix d’ailleurs des plus étonnants étant issue d’une famille de scientifiques pompeux, gâteux, qu’on ne se lasse de critiquer, docteurs en médecine bac S + 8 équation aboutissant à une perte totale et irrémédiable d’humour, se casant inévitablement dans le même panier que la prof-llante. J’avoue que le choix à étonné, incomprise, il était le seul à me soutenir comme personne ne l’a jamais fait, il me félicitait car au final on acquiert de bonnes valeurs tant humaines que créatives en généralisant, à défaut des autres voies. Dans la voiture 13H27 l’angoisse monte j’allais le voir sur son* * *  * * 

                                                                                                                              *

                                                                                                      *

 

                                                                                                  *

 

                                                                                           

 

                                                                                                                                         *     à plusieurs reprises en quelques jours, chose impossible à prononcer ou même écrire car tellement contraire à ce qu'il m’a appris de la vie et m'aura toujours rabaché de ne pas pleurer, de rester forte lorsqu'il sera "dans l'autre versant de la VIE, tu ne seras pas seule". Mon père à son habitude- - - - - -veut se faire une "expérience de la mort" pour "s'habituer pour quand ça ré-arrivera !" le regarde descendre en terre, touche sa main à la chambre funéraire au final ne tire profit de sa mort qu'un exercice.

 

            De ces jours où la vie se déroulait en 2D je garderai le souvenir d’un blanc immaculé.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article