Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Megan

 

 

S'il y a bien une chose que j'ai retenue de la pièce L'Éveil du printemps (Frank Wedekind), c'est une phrase.

Cette phrase.

 

 

 

 

"Dehors le ciel est noir comme un linceul."

 

 

 

...

 

Un linceul est de couleur   blanche  non ?

Belle antithèse.

De plus, on peut penser qu'une menace de mort plane au-dessus des protagonistes telle une épée de Damoclès.

Ce qui inéluctablement, arriva.


 

 

 

Dès lors que je l'ai entendue, elle n'a cessé de tourner dans mon esprit, pour finalement s'y graver.

 

 

Tellement intriguée et voulant voir à quel moment de la pièce celle-ci a été énoncée, j'ai tapé cette phrase dans la barre de recherche Google et je suis tombée sur un poème de Victor Hugo, tiré du recueil La légende des siècles (1859), intitulé "Les pauvres gens".

 

 

Il est écrit dans le deuxième paragraphe de la partie IV, ceci :

 

 


"Seul dans cette âpre nuit ! seul sous ce noir linceul !"


 

 

Inspiration ?

 

 

 

Toujours est-il que ces phrases sont magnifiques de par la cassure qui les rend si poétiques.

 

 

 

 

 

Megan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Thibault 18/01/2013 09:26


Je trouve ton interprétation intéressante