Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Mathilde

 

Zoo Magazine

 

 

Suite au procès de Douglas Templemore au Tribunal de Londres concernant le meurtre de son fils, nous avons interrogé le Juge Draper afin qu'il nous donne son avis sur le verdict, qui a été pour lui et le jury très difficle a trancher, mais qui au moins ne posera plus de problème pour personne si une affaire de ce genre car une définition de l'homme a été énoncée : L'homme est un animal rebelle.

 

Zoo Magazine : « Juge Draper, c'est vous qui avez eu la chance de traîter ce procès, en êtes vous fier, ou auriez vous préféré qu'un autre juge s'en occupe ? »

 

Juge Draper : « Eh bien, il faut dire que maintenant que le procès est terminé et que le verdict à été pronnoncé, je suis plutôt heureux d'avoir été choisi, mais bien sur au début j'avais beaucoup d'appréhension, je ne savais pas du tout par ou commencer... »

 

Z.M. : « Si ça avait été a vous, et non au jury d'emettre un verdcit, qu'auriez vous décidé, maintenant que vous connaissez le point de vue des scientifiques et différents autres professionnels ? »

 

J.D. : « En vous répondant sincèrement, je n'aurais pas non plus condamné le bon Douglas Templemore, parce-que même s'il est vrai qu'il m'a mis dans l'embarras en agissant ainsi, il est le fiancé de la filleule de la 46ème meilleure amie de ma femme, et, voyez-vous, je ne souhaiterais pas la décevoir. Cependant, je ne pense pas que j'aurais déclaré que les tropis soient des hommes. Pour moi, ils ne sont pas assez intelligents pour faire partie du monde des humains. »

 

Z.M. : « Comment ça, il ne sont pas assez intelligents ? Ils savent pourtant dialoguer entre eux, faire du feu et ils ont même des coutumes ! »

 

J.D. : « Oui, tout à fait, mais imaginez un instant un groupe de tropis à Londres. Ne serait-ce pas un désastre ? Ils seraient effrayés, et je ne pense pas qu'ils puissent réussir à s'intégrer. Ils auraient selon moi du mal a respecter les lois, premièrement le pillage, car ils n'ont aucun sens de l'argent, et ce n'est pas leur astragale qui va changer cela. Ensuite, donneriez-vous le droit de vote à un tropi ? Moi, en tout cas, non. La seule chose qu'ils réussiraient à faire au bureau de vote serait de manger les enveloppes. »

 

Z.M. : « Donc pour vous les tropis ont toujours été, et resteront toujours des animaux ? »

 

J.D. : « Pas exactement. Pour moi, les tropis pourraient être des hommes attardés, à moins que ce soit nous, les hommes, qui cherchons toujours plus, peut-être que nous allons trop loin, avec l'argent, qui ne se traduit qu'en déficit, la technologie, qui nous empêche de nous exprimer correctement, l'industrie, notament pétrolière, à cause de laquelle nos poumons se consument. Franchement, à quoi ça sert tout ça, à part à nous pourrir la vie, ne serions-nous pas mieux, tous à poil, en mangeant tranquillement des bananes ? »

 

Z.M. : « Vous pensez que nous devrions tout recommencer à zéro, et aller vivre avec les tropis ?! »

 

J.D. : « Pas du tout. Mais je pense qu'il ne faut pas intégrer les tropis si simplement heureux à notre société d'aujourd'hui, car c'est si cela arrive qu'ils deviendront des hommes, et ce n'est pas ce que je leur souhaite. Il faut, pour leur bien, qu'ils restent vivre en Nouvelle-Guinée, et que plus personne n'y aille les déranger, pour qu'ils évoluent à leur rythme, mais seulement si ils le veulent. »

 

Z.M. : « Merci pour votre témoignage, Sir Draper. »

 

J.D. : « Merci à vous de m'avoir permis de m'exprimer ! »


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article