Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Lucie

 

Compagnon de mes jours, 


Me voilà à Venise. Il me semble n'avoir plus touché une plume depuis les temps heureux de l'étudiant naïf.


Mon projet mené à bien, celui par lequel j'ai gâché ma jeunesse, n'a rien apporté. Alexandre est mort, ainsi que mon âme et l'esprit de liberté des florentins. 


Ma tête est mise à prix, on recherche le "traître à la patrie et assassin de son maître" que je suis devenu. Seulement, je suis devenu bien pire que ça. Et l'on me respecte et me craint tellement, que même mille florins d'or ne semblent pas décider les poignards à s'enfoncer dans mon dos. Pourtant, est-ce que je n'aimerais pas mieux cela qu'une vie d'exil, loin de ma ville et de moi-même ? Je ne suis plus qu'une carcasse vide, et lorsque je regarde dans les profondeurs de la lagune, mon reflet ne me reconnaît pas.

 

Journal de Lorenzo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article