Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Giorgio

 

Les blanches coques qui volent à fleur d'eau, les deux rames qui paraissent des ailes, un homme rouge de fatigue, mouillé de sueur, comme s'il était tombé dans le même sale fleuve qu'il parcourt, mais impassible.

Ça, c'est le spectacle qu'on peut admirer sur les rivières entre Livourne et Pise, au couchers du soleil : les rameurs rentrent de leur course quotidienne pour mettre les petits navires à leurs places, et aller se reposer, enfin de la journée.

J'ai toujours admiré les athlètes qui poussent leurs corps jusqu'à la limite pour s'améliorer ou pour gagner une compétition, mais ces coureurs de l'eau m'impressionnent chaque fois plus, parce que tout semble facile en les regardant, il semble naturel de pouvoir atteindre leurs vitesses, mais, quand j'ai décidé de suivre ces grands et mystérieux personnages, je me suis rendu compte de la difficulté de conduire ces bateaux, avec un peu de désillusion pour moi-même, mais avec encore plus d'admiration vers les champions que je voyais tous les jours.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MLB 26/10/2011 10:09



Merci de nous faire voyager par les mots !