Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Juliette

 

   Il est un pays superbe, un pays de Toscagne, dit-on, où je rêve de voler avec les oiseaux. Pays chaleureux, parfois pluvieux, plongé dans la douceur des nuages, et qu'on pourrait appeler La pointe de la Botte, tant l'étonnement est grand et brutal qu'au regard de ce paradis architecturalement florissant, vous recevriez un choc qui vous laisserait à terre, un coup de botte dit-on.

    Un vrai pays de Toscagne, où tout est douceur, amour, joie, respect ; où les festivités prennent plaisir à s'y glisser parfois, où la musique est constante et belle à écouter ; d'où les danses, la moquerie et la haine sont proscrites ; où la langue est mariée à une autre ; où les rires eux-mêmes sont poétiques ; nerveux et heureux à la fois ; où tout vous ressemble, ma chère jeunesse.

    Tu connais cette fatigue enivrante qui s'empare de nos êtres les lendemains de veillées, cette mélancolie du nuage imaginaire où tu t'étais assoupi, cette envie ? Il est une contrée qui te ressemble, jeunesse, où tout est douceur, amour, joie, respect, où les mots se mélangent et s'unissent à jamais, où nos coeurs s'ouvrent pour laisser passer le soleil, où les pizzas sont mariées aux crèpes, et la louve au coq. C'est là qu'il faut aller chanter, c'est là qu'il faut aller s' aimer !

    Oui, c'est là qu' il faut aller s'amuser, derrière la Tour penchée se cacher, un soir d'été peut-être ? Une bouteille de cidre à la main, une Nastro Azzuro dans l'autre. Un poète nous a invité aux Paradis artificiels : qui pourra nous conduire à la jeunesse éternelle, pour offrir à la belle tout ce dont elle rêvait ?

   Oui, c'est dans cette atmosphère qu'il ferait bon vivre, - là-bas, où toutes les couleurs de l'arc-en-ciel coulent telle une cascade dans le sel de la mer pour rejoindre tes bras, où les vitraux des blanches églises illuminent tes yeux couleur amitié qui me laissent sans voix.


    Sur les longues plages parsemées de lumière, ou sur les rochers doux comme le vent, vivent librement nos songes et nos espoirs d'un éternel partage, d'un éternel sourire, d'un éternel printemps. Le soleil, dormant très peu, dévoile de l'aube au crépuscule l'aquarelle de ce magnifique paysage, et la mer, la mer comme la voix exaltante des sirènes des abysses, nous partage sa mélodie surréaliste dans une langue incompréhensible, mais pourtant si belle.


   Un vrai pays de Toscagne, te dis-je, où tout est de feu, de vent et de fleurs, comme un coeur amoureux pour la toute première fois, comme un feu d'artifice d'où jailliraient mille et une couleurs aussi éclatantes qu'une danse, comme le bonheur tout simplement ! Les trésors du monde y affluent, les colombes s'y posent pour se reposer, les anges y vivent pour l'éternité. Pays utopique, supérieur aux autres, car du haut du nuage, tout devient chimère, les soucis d'en-bas se sont envolés avec le souffle de l'alizé.


   Des rêves ! Toujours des rêves ! et plus l'âme est ambitieuse et délicate, plus les rêves l'éloignent du possible. Chaque âme porte en elle le désir d'un horizon lointain, d'une terre nouvelle où tout est possible. Le désir d'un monde paisible et festif, d'une rencontre soudaine et impérissable, un nouveau commencement, une nouvelle vie de partage, de créativité, d'amour. Vivrons-nous jamais, passerons-nous jamais dans cette chanson qu'a écrite mon coeur, cette chanson qui te ressemble, ma chère  jeunesse ?


toscagne2
Ouessant - Pise 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article