Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Héloïse

 

 

 

 

 

 

Nous sommes sans retour

Les saisons tombent

On meurt et dieu s'est effacé

On cherche à perte de vue

Des racines en transparence

Un accord un lieu habitable

Le sens de l'énigme

Un bout de ciel

Que l'enfant côtoie dans ses jeux

 

 

 

 

 

 

 

                 Ce poème figure à la page 49 du recueil de Mireille Fargier-Caruso, Silence à vif. J'aimerais proposer une interprétation de cette oeuvre. Dès que je l'ai lu, il m'a fait penser aux feuilles mortes qui tombent quand l'automne arrive. Ensuite j'ai repensé à une de mes convictions de petite fille : même si les feuilles tombent à ce moment là, au printemps elles reprennent toujours leur place sur les branches des arbres ! Par ailleurs, la personnification des saisons renforce cette interprétation. Puis, le vers "Des racines en transparence" m'a de nouveau fait penser à une autre conviction de ma petite enfance : que les racines attrapaient les feuilles quand elles tombaient... Enfin, comme l'indique le dernier vers : quel enfant n'a jamais joué avec une feuille morte ?

 


 

Commenter cet article