Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Jeanne

 

 

Il y a eu l'oubli dans le soleil et sa douce ivresse sur la peau.

 

 

Il y a eu ce matin gris de l'annonce enchaînée.

Il y a eu le désarroi des perles salées glissant sur des aspérités.

 

Il y a la solitude bleue de l'épouvantail.

Il y a les cellules noires de la pensée.

 

Il y a le combat ardent des coudes rassemblés.

Il y a de l'encre transparente et des cris inaudibles.

 

Il y a le tourbillon des rectangles rouges.

Il y a la facilité du jeu de quilles.

 

Il y a le masque audacieux emporté par le vent.

Il y a la flamboyance réduite en cendres.

 

 

Il y aura le miroir de l'espace et du pas en avant.

 

 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

 

À travers ce poème, je suis revenue sur les étapes importantes de cette fermeture d'usine, évoquée dans le recueil Croquis-démolition de Patricia Cottron-Daubigné.

Par ailleurs, il est écrit sur le modèle d'un des poèmes d'Arthur Rimbaud intitulé Enfance III, paru en 1886 dans son recueil de poèmes en prose Illuminations.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article