Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par koumoul

 

     Je ne me souviens pas ou je suis né. Ni quand. Personne ce souvient de sa naissance, d’ailleurs, et je ne suis pas du genre à croire tout ce que disent mes parents. Je n’ai donc pas la moindre idée de ma date de naissance.

Je crois plutôt que notre vie commence par notre premier souvenir. C’est à partir de cela que l’on devrait commencer à compter nos années. Mais quel est-il ? difficile à dire, car nos véritables souvenirs sont pollués par les photos ou les films où l’on s’est vu, dont on croit se rappeler.

 

     Je crois cependant que mon tout premier souvenir est un sentiment. Celui de la peur que m’inspirait ma maitresse d’école. Elle m'a toujours fait penser a une sorcière. Elle avait de long cheveux gris presque crépus et une voix criarde, de quoi effrayer la plupart des petits enfants.

 

     Mais en réalité, je devrais commencer par mon premier souvenir intéressant. A ce stade, l’entreprise devient presque impossible.

       Je me souviens du chien noir que j’avais à une époque. Je l’adorais, il me servais de confident, et de protecteurs contre mes parents. Il acceptait même que je lui monte sur le dos sans broncher. Son passe temps favori était de mordre les pneus des tracteurs qui manœuvraient devant la maison. Un jour, ce qui devait arriver arriva, et mon petit chien noir ce fit tuer par un pneu qu’il était occupé à pourchasser, devant moi.

       La première fois que l’on voit a quel point il est facile de mourir est sans doute un souvenir important.

     Passons maintenant à des souvenirs plus heureux.

Je me souviens du jour ou j’ai eu un petit frère. Ce jour là, j’ai traversé la chambre d’hôpital sans un regard pour ma mère ni mon frère, attiré par un peluche tout à fait ravissante. Elle est encore dans ma chambre, d’ailleurs.

        Mais ce n’est pas encore un souvenir heureux, nos relations n’aillant pas beaucoup évolué depuis.

     Je crois que mon premier meilleur souvenir est celui d’un jeu auquel je jouais avec une amie en CP ou CE1. J’étais un écureuil, et elle un lapin. Nous vivions dans un arbre creux, dans lequel nous avions chacun une petite maison, dont nous imaginions l’aménagement avec précision. Il nous arrivait à chaque récréation une aventure différente. Nous devions parfois aller chercher à manger dans le potager d’un gros et méchant monsieur, qui ne nous capturait presque jamais. D’autre fois, nous devions aider un oiseau tombé du nid à retrouver sa maman.

 

     Je vais tenter, à présent, de vous raconter tous les « meilleurs souvenirs » que je garde de mon enfance, tels que je les ai vécus, ou plus précisément, tels que je m’en souviens.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A


j'aime bien le : "je ne suis pas du genre à croire tout ce que me disent mes parents " ! c'est pas mal trouvé!



Répondre
F


rigolo le passage avec l'ecureuil et le lapin



Répondre