Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Mari-Wenn

 Je m'appelle Mari-Wenn, on m'a demandé d'écrire la première page de mon autobiographie et je dois avouer que je ne sais pas trop par où commencer.

A vrai dire si on ne me l'avait pas demandé, je n'aurais jamais écrit la moindre chose sur ma vie, car voyez-vous, elle est morne et inintéressante, alors si vous voulez passer ce texte, allez-y, rien ne vous force à me lire et vous trouverez sans mal quelque lecture plus profonde ou plus distrayante. Comprenez bien que mon existence est indéniablement routinière et somme toute très banale dans son ensemble, je ne suis après tout qu'une lycéenne française parmi des milliers d'autres dont beaucoup sont sûrement plus intéressantes que moi. Enfin je ne sais comment vous présenter tout cela. Car, après tout il n'est guère facile de savoir accrocher le lecteur et le garder, les grands écrivains ont décidément beaucoup de mérite, donc je vous le dis, j'ignore par où je pourrais commencer.

Néanmoins sachez que je retracerai mon existence ou du moins la petite partie que je vais dévoiler, le plus exactement possible sans faux semblants et mensonges de toutes sortes. Vous pouvez donc me croire sur parole même si je ne me souviens pas de tout et que souvenirs et anecdotes sont éparpillés aux quatre vents.

Commençons donc au moment où ma vie a démarré : ma naissance. Départ classique il est vrai mais je n'ai pas de meilleure introduction.

A mon avis la naissance n'est pas le plus beau jour d'une vie, que ce soit pour le nouveau-né et pour la mère (pour le père aussi remarquez). Je saisis cette occasion pour vous signaler que je suis née en décembre 1992 et que je suis l'aînée de trois enfants, dont deux frères. Mais ma naissance peut etre vue sous un angle amusant, figurez-vous qu'on l'a provoqué peu avant la décision de Dame Nature (il parait que j'étais un bébé avec un gosse tête, alors pour des questions de sécurités...), cette naissance inopinée m'a tellement surprise que j'en ai fait une jaunisse (quoique cela soit courant chez les nouveaux nés), résultat : une semaine en couveuse (mais il y en a beaucoup de moins chanceux que moi).

Un tel départ dans la vie n'est pas de meilleurs augure et sans doute l'étrange et asses moche petite créature rose ( je ne considère pas les bébés comme étant "beaux", mignons oui, beaux non) que j'étais a du être décontenancée. Mais cela ne m'a pas empêchée de profiter de la vie asses rapidement.

Vous savez c'est bizarre de raconter sa naissance, d'abord parce que c'est un événement qui vous touche de prêt et qu'on ignore comment cela s'est passé, mais peut-être cela vaut-il mieux ? Avoir sa naissance comme premier souvenir c'est sans doute très intéressant mais peu ragoûtant. En fait mieux vaut la tenir de seconde main, par témoin direct de préférence. L'autre chose de bizarre, c'est que l'histoire de ses origines fait partie intégrante de nous-memes n'est-ce pas ? Mais je la laisserai tout de même couchée sur le papier.

Mais je m'arrête ici, la page est presque finie et je ne sais comment aborder les souvenirs de ma prime enfance, les premiers. Alors je vous souhaite bonjour ou bonsoir et vous remercie de m'avoir accordé un peu de votre temps et de votre attention.

 

  A vrai dire, je crois que mon incipit autobiographique ne renouvelle pas vraimment les codes habituels, excepté le fait que je m'adresse au lecteur d'un bout à l'autre et que meme si ici  je raconte ma naissance je me permets toutes sortes de digressions.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article