Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Estelle

 

 

A chaque fois on me crie, j'ai fait seulement ce que je voulais. Toujours les gens je les copie parce que tout le temps on me crie que moi c'est pas bien. La gueule saoulée il me reproche maman. Mais c'est qui le monsieur du soir? Pareil à celui du jour il se transforme la gentillesse la nuit pour être vulnérable. J'aime toujours pas ce monsieur du soir qui crie et qui casse les objets à terre et contre la tapisserie. Alors moi comme j'ai les yeux qui débordent de brouillard la fenêtre m'accueille pour attendre la maman qui jamais revient.

 

Moi quand j'attends c'est pour longtemps même que les gens disent que la patience c'est mon fort. Alors je fais ce que je sais mieux faire avec la fenêtre qui me sourit. Les volets je les regarde pas ils narguent mes cauchemars quand la voiture que je patiente arrive pas. Dans les rêves la mère dévale la pente de l'espoir en voiture blanche comme la mer des yeux qui coulent sur les joues pour les mouiller quand elles croient être desséchées.

 

Souvent la mère du monsieur du soir parle pour engloutir les souvenirs pas assez coriaces qu'elle dit qu'ils sont. J'ai pourtant rien noyé de ces nuits. Toujours présent dans la tempête de ma tête.

 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 12/01/2012 18:42


Percutant ! Vous avez remarquablement senti et restitué l'univers du poète : c'est un remarquable pastiche !