Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par anaëlle

P.59

 

 

 

       La nouvelle veuve gardait sur ses yeux fatigués des traces de son époux, un vieil homme sage que les rides rendaient beau ; les mains gonflées d'une maladie qui auraient effarouché l'ange de la Pitié. Son habit gris était déjà froissé par les pleurs qui noyaient les uns dans leur desespoir. Quel chagrin aussi fort et démeusuré aurait pu rendre un sourire rouge et vif dans l'assemblée ? Elle devait avoir été jolie et en feuilletant les carnets à photos on pouvait croiser son visage d'avant creusé mais  rendu agile par les années passées ; était-ce l'abandon, la solitude ou le desespoir ? Avait-elle trop aimé ? ses cernes allongaient son visage aux joues déjà trop pendantes. Elle avait la voix grave et ses cheveux courts teints, sa bouche sans lèvres la rendait garçonne. Pendant toute une année, elle avait soigné son "pauvre père" comme elle parlait de son mari. Mais ils étaient tous deux très dépensiers, on savait qu'il ne fallait pas attendre un héritage materiel. Mais sa mémoire qui nous suffisait amplement était si precieuse que le monde qui était là le benissait déjà de pétales de roses.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MLB 13/06/2010 15:50



Très joli !