Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par i-voix

 

edward-scissorhands1.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

Effraction, immersion, contraction, dilatation, substitution : tout au long de l'année, les lycéens d'i-voix ont aimé couper-coller-insérer-remplacer... dans des oeuvres variées.

 

A la manière des cut-up de William Burroughs, des cadavres exquis surréalistes, des centons oulipiens, des MashUp vidéos, ils explorent ainsi, à l'ère du numérique, une façon originale de s'approprier des textes littéraires et d'en créer de nouveaux. Cette activité, ludique et pédagogique, permet de comprendre de l'intérieur l'univers d'un auteur, de faire résonner en soi ses mots, de partager les sensibilités et les imaginaires, de travailler la langue, de faire jaillir de soi des éclats de poésie. Alors peut-être la littérature retrouve son pouvoir de vibration et de façonnement.

 

Saurez-vous reconnaître les oeuvres qu'ils ont ainsi goulûment dépecées, chirurgicalement charcutées, poétiquement électrocutées ?

 

http://storage.canalblog.com/42/29/81024/5550697.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

 


 

J'ai noté l'étrangeté éteinte, cette voix blanche, la couleur malade que tu respires, et

l'odeur de l'enfance soustraite aux mains d'herbe.

Sur la langue de la voix devait naître le silence bleuté.

Le récit de sang se défait au devant de la couture d'amour.  

J'en inversais la lecture de son corps éraflé.

Il écrit l'oubli à la déchirure des mots. Jusqu'à la dispersion.

 

noir-blanc-secret-amitie-img.jpg

Source

 

Juliette H

 


 

Car l'amour est une gloire insurmontable et entêtée,

bourrasque de sept heures,

tout, autour, s'écroule.

 

 

 

Elisa

 

 


 

enfin    la  phrase défaite

sans musique          sans visage

le corps fou               ce regard

qui s' envole est le mien

sur le tien

 

 

chantante   ivre      quoi

la phrase magnifique

de senteurs exquises effondrées

battues de ciel

 

 

Nolwenn

 


 

M'occupe là

dans le plus profond de mes matins

l'infatigable tâche

entêtée

de te dire.

 

 

fleur.jpg

Centon réalisé à partir des poèmes de la page 50 et 51 du recueil

 

Jeanne

 


 

Plus sûrement j'ai noté

la rose trémière et

une voix et une autre

un accord plus bas

 

le long savoir d'une voix

éteinte

perdue aujourd'hui

 

0805161007343308292.jpg

  Source

 

  Anne-Gabrielle

 


 

 

On te donne

Tu évites

On t'interdit

Tu veux être

On veut que tu deviennes

Tu regrettes

 

 

Tu suis ton instinct ...

 

 

Julie

 

 


 

 

Assise dans le parc

De rares oiseaux traces

Cette poignée de lumière dans tes yeux

Hérissé d'un mot d'amour 

Le froid dessine

Cet instant

Ou nous ne sentons plus

Ta tendresse régulière

 

 

Bénédicte

 


 

tu cours moins vite qu'une gazelle

tu es plutôt d'accord

tu nages moins bien qu'un poisson

tu es d'accord

tu vois moins bien qu'un aigle

plus ou moins d'accord

tu es moins beau qu'un chat

pas du tout d'accord

 

Lucie

 


 

 

 

Un défaut de l'éther qui s'incline à hauteur de la marche enfantine coupe à genoux le soir qui nous sépare.

 

 

epv0431.JPG

source

 

Juliette V

 


 
 

Une mémoire / pour talisman / un chemin / muet / s'ouvre / pour voir

 

Morgane

 


http://i40.servimg.com/u/f40/13/20/92/14/p5228910.jpg

Source   

 

J'ai noté à l'encre,                      sur une page de journal,                           un récit oublié

 

Les mots deviennent des oiseaux d'autrefois

                                   Les mots disparaissent à la déchirure des jours oubliés

 

C'était il y a longtemps, j'étais là avec toi, un soir d'été sur le mur écroulé du jardin

 

Je respire encore l'odeur de l'herbe, des fleurs et du figuier bleuté. Je savoure encore la suave douceur de ta peau et la délicatesse de te bouche. Je vois encore ta nuque qui bouge, le ciel, couleur sang et la rose fraîche décapitéeJe vois l'ombre qui refuse sa mort.

 

Et toi, tu dis en riant les mots qui composent le cœur

                                                       Le tien est ivre de silence et d'amour.

 

Ta main s'éloigne, ta voix s'essouffle

                                                      Brisé, tu t'endors...

Je ne vois plus rien.

                          Tout s'obscurcit autour de toi,

                                                                        Tout devient douleur ...

Avant de te rejoindre,

                       J'apprendsà vivre sans toi, j'apprends à vivre pour toi.

 

Ailleurs le ciel nous sépare,

Comme un écho, ta voix resurgit ici.

 

Je le sais,

Si je me retourne, on se quitte

Alors je reste dans le jardin, devant ta tombe .

 

                                                                                     Je suis loin des jours d'autrefois, désormais.

 

                                            

 

PAGES où sont issus les mots et expressions  : 58 – 35 – 34 – 32 37 – 96 32 –76 - 82 – 51 – 50 – 60 – 73 – 76 - 82 – 71 – 45 – 53 - 48 – 53 – 112 - 65– 47 – 73 – 37 – 65– 77 – 116 – 30 – 42– 61 – 41 – 73 – 53– 30 – 84 – 16 – 114 – 116 – 114 – 20 – 94– 77 – 104 – 53 – 55 – 94 – 77 – 42 – 59– 116 – 77 – 48 – 93– 61 – 78 – 19 – 53– 60 – 30 – 89 – 59– 42 – 52 – 34 – 39 - 53 – 76 – 77 – 116– 115 – 82 – 52 – 34– 82 – 48 - 72 – 72 – 72 – 42– 71 – 53 – 73 – 89 - 77 – 42 – 86 – 77 – 34 - 69 – 74 - 44 – 85 – 33 – 94 – 76 – 59 – 33 - 46 – 77 – 99 – 35 – 58 – 77 – 76 – 99 – 35 – 58 – 33 – 76 - 23 – 61 – 54 - 65 – 77 – 65 – 77 - 117 - 99 – 156 – 70 – 70 – 67 – 65 – 66 – 25 – 77 – 72 - 115 – 58 – 73 – 76– 21

 

Léa

 


edward-scissorhands1.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article