Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par i-voix

edward-scissorhands1.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

Effraction, immersion, contraction, dilatation, substitution : tout au long de l'année, les lycéens d'i-voix ont aimé couper-coller-insérer-remplacer... dans des oeuvres variées.

 

A la manière des cut-up de William Burroughs, des cadavres exquis surréalistes, des centons oulipiens, des MashUp vidéos, ils explorent ainsi, à l'ère du numérique, une façon originale de s'approprier des textes littéraires et d'en créer de nouveaux. Cette activité, ludique et pédagogique, permet de comprendre de l'intérieur l'univers d'un auteur, de faire résonner en soi ses mots, de partager les sensibilités et les imaginaires, de travailler la langue, de faire jaillir de soi des éclats de poésie. Alors peut-être la littérature retrouve son pouvoir de vibration et de façonnement.

 

Saurez-vous reconnaître les oeuvres qu'ils ont ainsi goulûment dépecées, chirurgicalement charcutées, poétiquement électrocutées ?

 

http://storage.canalblog.com/42/29/81024/5550697.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

 


 

Chacun pille ce petit bonheur de jour

Un bout de la beauté, sa violence douce

Cette peur de soi brûlant intensément

 

Le feu mouillé nous sépare

Paroles élimées

 

La clarté du silence indéchirable s'oublie

délivre l'impossible désir fou

 

On garde poings serrés, muet

Jeté dans l'absence

 

Rien que des phrases où l'on se perd

 

bougie.jpg

source

  Juliette H

 

 


 

 

                      la douceur

                      associée à la douleur

                      à consoler de l' absence

 

          http://6f.img.v4.skyrock.net/1327/75241327/pics/2938600713_1_3.jpg

link

 

 

Nolwenn

 


   

Qui la mange 

Monte au plafond

Quand il sort de sa coquille

Et j y compose

Le sobriquet 

 

 

Valentin

 


                                     

depuis vingt-cinq ans

aucun poème sur le sujet

jamais un vers

 

elle porte un recueil

à ses mains

me regarde comme on voit

un nuage loin

 

 

 Elisa

 


   

Le large est ici, aube sur la ville, et ta bouche s'acharne en moi comme le soc noir de midi.

 

 

 Théo

 


 

éteinte la voix d'or

décapitée l'écarlate rose

le meurtre de la vive lumière

le sanglot de la phrase assimilée

la couture ouverte de l'amour

la voix portée s'arrête.

 

banc.jpg

Source

 

Anne-Gabrielle

 


 

Assise dans le parc,

la fraîcheur dispersée dans la poitrine,

la pointe du jour s'émousse.

Tu es là,

et ta bouche s'acharne en moi,

par l'aplomb d'un geste.

Terre promise,

avec l'insistance d'un ciel,

et sa leçon de pénombre.

Une image.

Tes mains.

Délicates.

 

Un sourire.

 

13897209-embraced-amoureux-dans-un-parc-de-la-ville.jpg

source

 

Manon

 


 

l'hésitation de ta voix

 

 

sur un point d'interrogation      comme si

de cette légère esquisse de la plume

devait naître un mensonge

 

 

http://www.mesacosan.com/media/articles/articles-utilisateurs/le-mensonge-3087.jpg

Les mots en gras sont ceux modifiés du poème de la page 14.

 

 Jeanne

 


 

 

L'absence de la phrase courte déchire la parole, la douleur insensible à l'amour rejoint la mort, le courage repose sur des gouttes de sang

 

rose-rouge.jpg

source

Nina

 


 

 

je tombe

 

je vois

dans le noir des spirales qui se déforment

une violente poésie échappée

un nuage mort

dans les tourbillons de larmes ferrées

 

je regarde

 dans mon passé

comme

dans mon rêve

 

je vois

l'homme qui regardait tomber la vie

il se tient au bord de son balcon

dans l'ombre

il se disait« ce serait bien si je pouvais compter pour quelqu'un »

je pensais « tu n'es jamais là ! Avec toi, c'est du passé »

 

au cœur de cette théorie intervient le vent

 

mon rêve blanc passe

 

je te laisse

 

je vois

 

ailleurs une nouvelle tentative

dans une autre vie

dans un autre monde

 

je vois

que tu ne veux même plus me quitter

tu es une autre personne

 

je traverse pieds nus la chaussée gelée

 

je vois

 

tes yeux, ta voix, ton rire, tes gestes, tes mots, tes doigts, tes mains

 

impossible de vivre loin de tes fantômes

 

Léa

 


edward-scissorhands1.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

Commenter cet article