Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

 

edward-scissorhands1.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

Effraction, immersion, contraction, dilatation, substitution : tout au long de l'année, les lycéens d'i-voix ont aimé couper-coller-insérer-remplacer... dans des oeuvres variées.

 

A la manière des cut-up de William Burroughs, des cadavres exquis surréalistes, des centons oulipiens, des MashUp vidéos, ils explorent ainsi, à l'ère du numérique, une façon originale de s'approprier des textes littéraires et d'en créer de nouveaux. Cette activité, ludique et pédagogique, permet de comprendre de l'intérieur l'univers d'un auteur, de faire résonner en soi ses mots, de partager les sensibilités et les imaginaires, de travailler la langue, de faire jaillir de soi des éclats de poésie. Alors peut-être la littérature retrouve son pouvoir de vibration et de façonnement.

 

Saurez-vous reconnaître les oeuvres qu'ils ont ainsi goulûment dépecées, chirurgicalement charcutées, poétiquement électrocutées ?

 

http://storage.canalblog.com/42/29/81024/5550697.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

 


 

 

plus loin une pierre d'or

ivresses de la poésie

lune bleue cristal

ignorance du mal sans raison

grand oiseau, joyau de la nuit

je laisse la poésie lumière

 

  Uriell

 

 


 

Elle et lui regardent filer l'étendue noire

la route invisible traverse toute la nuit toute

avec toi on n'arrive pas à savoir

si tu es sérieux ou non

 

la nuit le son d'un avion perce des brumes

la nuit transportedes paroles

combien de fois a-t-il entendu cette phrase

il est bien d'accord

pour lui c'est pareil

il n'arrivepas à savoir.


 

http://farm2.staticflickr.com/1246/906126319_a37c6314ab_z.jpg 

 Extraits mêlés provenant des pages l et s.

 

En mêlant ces extraits de deux poèmes différents, une scène m'est apparue ; celle d'un couple allongé sur l'herbe, observant l'étendue noireparsemée de petites lueurs. Un malaise présent depuis quelques temps entre eux s’agrandit au fil des secondes qui passent. Oui, le son d'un aviona remplacé celui de l'exclamation. Elle est agacée, elle ne le comprend plus. Il est résigné, lui aussi ne comprend plus. De toute façon, cela fait longtemps qu'il ne cherche plus à comprendre.  


Le lever du jour découvrira le fil décousu.
 

S i l e n c e.

 

 

Jeanne

 


 

 

 

Strié de trajectoires

                   et de cris

 

              tu guettes des nuées.

 

 aux lèvres du monde.

 

 

 

 

 

Thibault

 

 


                                   

 

on t'interdit de mettre les fleuves à l'envers

qu'est ce que tu fais ?

tu te fais des amis dans l'univers

tu veux être danseuse lunaire

ou tu détruis  l'igloo de cet hibou

 

Réjane

 


 

 

09-tristesse-solitude123-big-copie-1.jpg

source

 

L'homme qui avait un moral d'acier, jusqu'à aujourd'hui.

L'homme qui s'élance, mais qui finalement s'arrête.

L'homme qui a vu le Père Noël.

L'homme sans défaut, mais pas parfait.

L'homme qui a tout, et qui n'attend rien.

L'homme qui pleure devant Titanic.

L'homme qui n'arrivait pas à savoir, si c'était bien ou mal.

 

L'homme qui disait c'est bon, alors qu'il détestait ça.

 

Pas du genre

On se dirait tout

Et pourtant, tu lui as tout dit.

 

 

 Morgane

 


 

Au zénith de cette journée, sonne

l'intrépide glas jaloux de l'absurde.

Dans les sillons d'argent, frissonnante

sous les souffles de l'éternité, j'entends

le silence entrer dans mon être,

saccader toute dérision de sa froideur

insonore.

 

 

 

Megan

 


 

 

Les apparences, l'espérance, que sait-on des nuits sur la cuisse, douceur, le corps se déchire pour la vie.

 

 Lucie

 

 


 

 

 

 

Je vis sur la ligne mélodique et j'écoute le rossignol, piégé dans les pages d'un livre.

 

 

http://www.pivoine-et-tapioca.com/components/com_virtuemart/shop_image/product/Affiche_Rossigno_51505387e65b7.jpg

source

 

 Héloïse

 


 

Il a appelé, racontait ce qui ne s'effacerait pas,

même raconté, la voix tellement coupéé par l'ef-

fort, ne pas s'effondrer, maîtriser le tremblement,

j'ai cru qu'il avait été blessé.

Le gris occupe toute  leur peau, et leur re-

gard ; et pas même le gris, une couleur sans nom,

une couleur fripée, creusée, grise et asphyxiée.

 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRMv-7r3nGHn1cnhzTnOJllda4ZQmnSu3w4OWrqWHN5RQIz86Zn

 

Bénédicte

 


 

 

 

 

 

 

Dans la langue infestée

d'une phrase lucinante

l'habitude de vivre

 

 

 

Agathe

 


edward-scissorhands1.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

microneedle 07/07/2014 14:57

Those activities that you have discussed are very fun and educational for understanding the inner world of the author. It is very interesting to see what the author thinks about the subject he wrote. Thank you for sharing this with us