Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

 

edward-scissorhands1.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

Effraction, immersion, contraction, dilatation, substitution : tout au long de l'année, les lycéens d'i-voix ont aimé couper-coller-insérer-remplacer... dans des oeuvres variées.

 

A la manière des cut-up de William Burroughs, des cadavres exquis surréalistes, des centons oulipiens, des MashUp vidéos, ils explorent ainsi, à l'ère du numérique, une façon originale de s'approprier des textes littéraires et d'en créer de nouveaux. Cette activité, ludique et pédagogique, permet de comprendre de l'intérieur l'univers d'un auteur, de faire résonner en soi ses mots, de partager les sensibilités et les imaginaires, de travailler la langue, de faire jaillir de soi des éclats de poésie. Alors peut-être la littérature retrouve son pouvoir de vibration et de façonnement.

 

Saurez-vous reconnaître les oeuvres qu'ils ont ainsi goulûment dépecées, chirurgicalement charcutées, poétiquement électrocutées ?

 

http://storage.canalblog.com/42/29/81024/5550697.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

 


 

2 août 2000, Valloire. 3 août 2001, Paris.

 

Loin de Srebrenica vivent les orphelines et les veuves. Six ans. Le même plein été.

D'où venons ? D'où revenons nous après tout ? Des montagnes gavées de mort.

Entendez bien je vous donne mon heure.

Hier les veuves ; suffisait donc que les rues me l'accordent, elle dans l'orage et sous son vrai nom, ensuite sur mes lits jumeaux, s'allonge.

Les orphelines ont regardé sur l'écran télé le général condamné à La Haye :pour génocide, il a pris quarante-six ans.

 

Mais qui avait juré de protéger l'enclave ? Qui veut de moi qui ne vaux plus un clou ?

 

http://www.thepowerofintroverts.com/wp-content/uploads/2011/06/solitude.jpg

source de l'image

 

Léa

 


 

 

Qu'elle est éteinte, la retombée de la nuit !

La fine lueur vive des étoiles -

Le léger fourmillement des cils du crépuscule :

l'infinité dépravée par les orages

et une succession de larmes.

 

la-nuit-uwjri.jpg

source

 

Juliette V

 

 


 

 

 "Un regard noir prolonge l'absence de mon seul prénom" 

 

 "Que la joie associée à la douleur protège l'amour comme des gouttes de sang" 

 

 

Juliette H

 


http://static.lexpress.fr/medias/1192/610324_travailleurs-emploi-ouvriers.jpg

Substition réalisée à partir du poème de la page 38.

Les mots en gras sont ceux modifiés.

 

Leurs poings sont restés fermés dans leurs poches. " Nous nous taisions. " L'un après l'autre, les noms sont tombés.  "  C'est curieux comme nous étions impassible. Nous étions silencieux. Cependant, nous avions envie de crier, de détruire ; la tension était présente dans notre silence et la colère au plus profond de nous. Cela n'étaient pas des fainéants, des paresseux qu'on nous arrachait. C'étaient des hommes bien, qui travaillaient." À l'accablement, ils ajoutaient la gêne, c'est ce qu'ils disaient " nous n'avons rien fait ". Ils sont restés muets, en bleu de travail, parmi les relents d'huiles et de dissolvants, avec le désir de pleurer. Il régnait le mutisme des machines et soi qui ne se retirait pas.

 

 

Jeanne

 


 

Je m'endors dans la chute

de la phrase

maintenant j'écris dans l'absence

du prochain amour.

 

  Yuna

 


 

 

Le temps avance

la poésie s'éloigne 

et je me demande

sur un quai

si quelque chose

en nous

fracasse le poème

la nuit des rêves

 

 

Réjane

 


 

 

La mort patiente dans la blancheur du matin

 

Megan

 


 

 

sous le silence l'impatience

un vol d'ailes arrachées 

semble ouvrir lentement 

un enfant vide 

dans l'ombre immobile 

l'âme s'épuise 

inaudible agonie d'une aile

Bénédicte

 


 
 

D'où venons ? D'où revenons après tout ?


Jamais voulu être un des gens pressés.


Entendez bien, je vous donne mon heure.


Suffisait donc que des rues me l'accordent.


J'ai déjà perdu ma dernière guerre.
 

 Lucie

 


 

 

   L'épaisse tranche pâle des brumes -

      dans le très très bas
  
  où nous ne sentons plus

                          
Tes mains.

 

 

 

Héloïse

 


edward-scissorhands1.jpg

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

microsoft desktop support 03/04/2014 12:39

In this article, the author tried to compare the life of current age people to dinosaurs and beasts, which lived thousands of years before. According to my opinion, he is completely successful in dealing with this topic. Thanks for sharing your views on it